Copé-Fillon : un pacte en trois actes

le
1
La campagne de 2012 n'a pas encore commencé que le premier ministre et le secrétaire général de l'UMP préparent déjà celle de 2017. Une pièce en trois actes qui ressemble à une guerre de tranchées.
La bataille de ParisLe premier ministre l'a annoncé. Il quitte la Sarthe pour poser ses valises à Paris. Son ambition: asseoir sa légitimité dans la capitale et mettre ses pas dans ceux de Jacques Chirac, en reprenant à la gauche la Mairie de Paris. Cela passe par les législatives en 2012. Mais François Fillon sait qu'il arrive en terrain miné. Instruit du résultat des dernières sénatoriales, le premier ministre est en effet persuadé que le secrétaire général de l'UMP a joué double jeu: en sanctionnant trop mollement les candidats dissidents, il a précipité la défaite de Daniel-Georges Courtois, un de ses proches, qu'il était parvenu à placer sur la liste de Chantal Jouanno. Jean-François Copé s'en défend. Mieux, maintenant que Fillon a dévoilé ses intentions, le député-maire de Meaux assure avoir conclu à Matignon, le 3 octobre, un pacte avec lui. Au premier ministre Paris, à lui l'UMP. Reste à convaincre Rachida Dati, le maire du VIIe arrondissement...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delsha le vendredi 21 oct 2011 à 15:27

    >>> Au moins c'est clair.Le sort des Français leur importe peu, ce qui les motive vraiment, c'est le pouvoir.Si la bataille 2012 se perd, alors il faut préparer celle de 2017 et entamer un "guerre des tranchées"Et le peuple dans tout cela? "Subsidiaire"