Copé-Fillon : pourquoi ils se sont déclaré la guerre

le
0
Les adhérents de l'UMP choisiront leur président fin novembre.

Depuis la défaite du 6 mai, le processus est enclenché. Ce soir-là, à l'Élysée, les invités sont nombreux pour entourer Nicolas Sarkozy. Dans l'antichambre et devant l'escalier principal se trouvent tous les ténors de la majorité, François Fillon, Alain Juppé, Jean-François Copé, notamment. Il est 18h50. Les conseillers ont fait et refait leurs calculs: l'écart de voix entre François Hollande et Nicolas Sarkozy ne pourra plus être comblé. Sarkozy fait venir son premier ministre.

Au moment où François Fillon disparaît derrière la porte pour rejoindre le chef de l'État, Jean-François Copé discute en aparté avec ses proches: Christian Jacob, qui lui a succédé à la tête du groupe UMP à l'Assemblée nationale, son ami Brice Hortefeux, Nadine Morano et quelques collaborateurs. «On est bien d'accord, à partir de maintenant, Fillon, on se le fait!» leur glisse le secrétaire général de l'UMP. En ce soir de défaite, toute la petite dramaturgie de la successio

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant