Copé-Fillon : le spectre de la guerre financière

le
0
Par pure coïncidence, l'affrontement Copé-Fillon survient au moment où les parlementaires doivent choisir leur rattachement financier à un parti politique. Chaque départ d'un élu entraînera une perte sèche de 42.000 euros pour l'UMP, déjà en déficit.

Ce n'est d'habitude qu'une simple formalité. Chaque année, à la fin novembre, députés et sénateurs doivent remplir un formulaire de rattachement à un parti politique. Ce recensement permet de déterminer le montant d'une partie des aides financières annuelles auxquelles ont droit les formations politiques. En clair, chaque parlementaire rapporte chaque année environ 42.000 euros au parti auquel il se rattache. L'UMP, forte de ses 196 députés et 131 sénateurs, peut espérer récolter près de 14 millions d'euros en 2013.

Mais la lutte sans merci que se livrent Jean-François Copé et François Fillon pourrait bien changer la donne. Alors que à l'UMP s'enlise chaque jour un peu plus dans une inextricable guerre de tr...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant