Copé favorable à «une grande fermeté» à l'égard de la Syrie

le
2
Le président de l'UMP considère qu'il faut «attendre évidemment la conclusion définitive» de la mission d'inspection de l'ONU en Syrie avant toute intervention des forces françaises contre le régime de Bachar el-Assad.

À quelques heures du débat parlementaire sans vote qui aura lieu mercredi après-midi à l'Assemblée nationale et au Sénat sur le dossier syrien, Jean-François Copé est resté ce matin sur RTL réservé sur la question d'un vote du Parlement. Le président de l'UMP a rappelé qu'en 1958, le général de Gaulle avait voulu que «le président de la République soit en charge de l'essentiel pour éviter les atermoiements que la France a connu dans les années 1939-1940». Jean-François Copé a rappelé sur RTL que le chef de l'État pouvait envoyer des troupes sans être «obligé de demander a priori un vote au Parlement pour la décision éventuelle d'une intervention». «La Constitution ne l'y oblige pas mais elle ne lui interdit pas», a insisté le député-maire de Mea...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 4 sept 2013 à 15:30

    Copé dehors.

  • M4189758 le mercredi 4 sept 2013 à 11:05

    JPi - Haa, s'ils avaient eu la même grande fermeté avec les dépenses de l'etat france ! Plus 600 milliards de dette en 5 ans. Et 74% des sympatisants voudraient qu'ils reviennent...??? Bande de masos.