Copé et la primaire UMP : «Espérons que l'on soit au point pour la présidentielle !»

le
0
Copé et la primaire UMP : «Espérons que l'on soit au point pour la présidentielle !»
Copé et la primaire UMP : «Espérons que l'on soit au point pour la présidentielle !»

Si Jean-François Copé a admis mardi que Nathalie Kosciusko-Morizet, gagnante lundi soir de la primaire UMP à Paris, est «une excellente candidate», le président de l'UMP veut tirer les leçons de cette campagne «compliquée», en vue notamment des prochaines élections présidentielles.

Copé : tirer les leçons des ratés de la primaire à Paris. «Nous travaillons tous les jours à améliorer le système. Nous avons changé nos statuts pour que l'on progresse», a expliqué Jean-François Copé, interrogé mardi sur France 2. Dans un sourire, il a lâché : «Espérons que l'on soit au point pour la présidentielle !» Quant à l'hypothètique retour de Nicolas Sarkozy pour 2017, il ne modifiera pas le mode de désignation du candidat à la présidentielle : «Quel que soit le choix qu'il fera, je serai à ses côtés, mais il est prévu que nous ayons des primaires.»

Jean-François Copé a évoqué les péripéties de cette primaire, où l'UMP fait «l'apprentissage de la démocratie interne». «J'ai consacré une grande partie du week-end à contacter les différents candidats à cette élection, à longuement parler avec les uns et les autres pour apaiser et rassembler.» Le président de l'UMP ajoute, dans un bel euphémisme : «Il fallait rappeler aux uns et aux autres qu'il s'agissait d'une campagne interne démocratique.» Il veut désormais oublier au plus vite les ratés de cette primaire à Paris : «Maintenant, il faut partir en campagne pour gagner Paris et le plus dur reste à faire.»

Pécresse : des primaires ouvertes aussi pour la présidentielle. «On est passé près du précipice», a reconnu Valérie Pécresse, ce mardi sur I>Télé, évoquant les ratés de cette primaire. «Maintenant, il faut qu'on arrive à départager les candidats de manière pacifique. C'est là-dessus qu'il faut réfléchir», a poursuivi la secrétaire générale déléguée de l'UMP. Selon elle, «on ne peut passer sous silence et novembre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant