Copé et Fillon revendiquent tous deux la victoire à l'UMP

le
16
CONFUSION À L'UMP
CONFUSION À L'UMP

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé et François Fillon, adversaires pour la présidence de l'UMP, ont revendiqué chacun la victoire, le pire des scénarios pour le premier parti d'opposition français désormais paralysé par les divisions.

La confusion a succédé au suspense dimanche au terme d'un scrutin interne sans précédent dans la formation néo-gaulliste créée en 2002 au nom du rassemblement après les guerres RPR-UDF.

La seule certitude, en l'absence de résultats définitifs, était l'issue extrêmement serrée du vote, qui se jouerait à quelques centaines de voix.

Les deux états-majors s'accusent mutuellement d'irrégularités dans plusieurs départements (Alpes-Maritimes, Haute-Garonne, Bouches-du-Rhône, Hauts-de-Seine, Gard...).

Les opérations de vérification des résultats ont été suspendues dans la nuit, vers 03h30, au siège de l'UMP, la commission électorale interne n'ayant pas reçu cinquante procès-verbaux, a expliqué son président, Patrice Gélard.

"Pour l'instant, il n'y a pas de vainqueur", a déclaré le sénateur à des journalistes. "Nous sommes dans l'incapacité de dire qui a gagné car les chiffres (livrés par chaque camp, NDLR) sont très proches l'un de l'autre", a-t-il ajouté.

La procédure de vérification, en présence des équipes de chaque candidat, devait reprendre à 10h00. Prié de dire si le nom du vainqueur serait connu ce lundi, le président de la commission a répondu : "Je l'espère".

Furieux de la tournure des événements, François Fillon, dont les sondages avaient prédit la victoire, est arrivé vers 03h15 au siège de l'UMP, d'où Jean-François Copé était parti, pour exprimer son indignation.

FILLON "EXTRÊMEMENT CHOQUÉ"

"C'est un dysfonctionnement majeur. (...) Je suis extrêmement choqué", a-t-il déclaré aux journalistes après être resté une demi-heure. "Il a assisté à nos travaux, il a dit qu'il regrettait le déroulement du scrutin", a dit Patrice Gélard.

François Fillon affirme avoir gagné avec 224 voix d'avance, Jean-François Copé avec un millier de voix d'écart.

Selon l'entourage du député-maire de Meaux, les résultats de 40 départements avaient été validés dans la nuit, donnant 1.221 voix d'avance à Jean-François Copé.

Au terme d'une bataille de chiffres alimentée par les deux camps, avec un net avantage à l'équipe de Jean-François Copé, le député-maire de Meaux avait annoncé aux alentours de 23h30 au siège de l'UMP que la majorité des militants avaient déjoué les pronostics en le portant à la tête du parti.

"C'est une grande fierté de voir que notre parti a décidé de redresser la tête et de répondre à mon appel à la résistance", a déclaré Jean-François Copé lors d'un bref point de presse au siège de l'UMP sous les clameurs de quelques militants.

Il a marqué sa volonté de rassembler la famille gaulliste et a assuré vouloir "travailler la main dans la main" avec François Fillon. L'inimitié entre les deux hommes est notoire.

L'élu de Meaux qui s'était inscrit dans les pas de Nicolas Sarkozy durant une campagne controversée - jugée par trop "droitière" par le camp adverse - a redit sa "fidélité" à l'ex-président battu le 6 mai dernier par François Hollande et dont l'ombre a immanquablement plané sur l'élection.

Jean-François Copé a promis d'être le fer de lance d'une "opposition républicaine qui ne laissera rien passer".

LE SPECTRE DU CONGRÈS DE REIMS

Une quinzaine de minutes plus tard, François Fillon prenait à son tour la parole dans son QG parisien pour contester la victoire à son adversaire et annoncer la sienne.

"Je ne laisserai pas voler la victoire aux militants. Ce qui est en jeu, c'est l'honneur de notre famille politique, c'est le service de notre pays, c'est la crédibilité de la droite et du centre", a-t-il poursuivi. "Je ne lâcherai rien", a-t-il insisté.

Les deux camps, contre toute évidence, ont exprimé le voeu de l'unité au lendemain d'une élection qui augure mal de la réconciliation.

"Le PS a recollé les morceaux au lendemain du congrès de Reims. Martine Aubry et Ségolène Royal ont fini à 50-50, ça n'a pas empêché François Hollande de l'emporter", a avancé Valérie Pécresse, qui fait partie du "ticket" Fillon.

En 2008, au congrès de Reims, Martine Aubry l'avait emporté de très peu à la tête du Parti socialiste aux dépens de Ségolène Royal - qui avait revendiqué la victoire d'emblée - à l'issue d'un scrutin contesté entaché de soupçons de fraudes.

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, a déploré sur BFM TV "un spectacle désolant, lamentable". Florian Philippot, vice-président du Front national, a ironisé sur la même chaîne sur "le crash de l'UMP".

"C'est une catastrophe, les socialistes doivent être contents", soupirait un membre de l'équipe de François Fillon. "Nicolas (Sarkozy) aussi doit être content, il doit se dire que ça tournait mieux quand il était là".

Deux lignes s'affrontaient dans ce vote : "une droite décomplexée", renouant avec les accents droitiers de Nicolas Sarkozy dans l'entre-deux-tours de la présidentielle 2012, défendue "sans tabous" par Jean-François Copé, 48 ans, "le résistant"; une droite à la tonalité plus centriste que François Fillon, 58 ans, "le rassembleur", ambitionne d'incarner à l'élection présidentielle de 2017.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6486201 le lundi 19 nov 2012 à 10:10

    EH les socialos faites la plus discrète surtout avec vos 2 derniéres nominations de secretaires du PS :La bouffie de Lille en trichant et le repris de justice désigné à huis clos.Bande de crét.ins soutenant un gouvernement d(incapables.

  • raich2 le lundi 19 nov 2012 à 10:04

    Plantez des bananes, nous aurons ainsi une véritable république digne de ce nom avec un césar qui nous sera attribué par les africains.Vraiment très déçu par les commentaires de ceux qui peut-être un jour gouverneront la France

  • farouxfr le lundi 19 nov 2012 à 09:58

    Edouard Herriot ne disait-il pas: "La politique c'est comme l'andouillette, pour qu'elle soit bonne elle doit un peu sentir la m..." Conclusion, la politique c'est de la m... Nous n'avons pas besoin de politiciens mais de "gestionnaires"!

  • M5850553 le lundi 19 nov 2012 à 09:52

    Quel pays de m erde!!!Sur BFMTV ils ne parlent que de çà!!!!pas d'infos!!!!Les m agouilles de la D ou de la G ras le bol!!!!Il faut écouter la radio pour connaitre les résultats du GP de F1,alors que tous les pays l'ont montré en direct sur chaines publiques!!!à vomir!!!!!

  • TONAR22 le lundi 19 nov 2012 à 09:40

    même si fillon "gagne" ,c'est évidemment la DROITE DECOMPLEXEE qui l'emporte !!

  • TONAR22 le lundi 19 nov 2012 à 09:39

    ça démontre que l'UMP en tant que PARTI n'est pas assez à droite ...c'est la droite MOLLE ...et des gens votent FN par défaut ;COPPE vient d'en faire la démonstration !!

  • M388874 le lundi 19 nov 2012 à 09:39

    Que la place est bonne sur le dos du peuple Français,ces profiteurs ne sont bons qu'à mettre des taxes!!!!!!!!!!!

  • M2734309 le lundi 19 nov 2012 à 09:33

    Remake de Aubry/Royal

  • perkele le lundi 19 nov 2012 à 09:20

    on dirait des elections en afrique... chaque camp revendique la victoire et accuse l'autre de fraudes...

  • price77 le lundi 19 nov 2012 à 09:05

    ils sont tous pareils