Copa Libertadores : La lutte finale pour Gignac

le
0
Copa Libertadores : La lutte finale pour Gignac
Copa Libertadores : La lutte finale pour Gignac

Le grand jour est arrivé pour André-Pierre Gignac. Un peu plus d'un mois après son arrivée au Mexique, il va disputer la finale aller de la Copa Libertadores face au River Plate de Marcelo Gallardo, Lucho González et Javier Saviola. L'ambiance sera immense, et le match promet entre deux des meilleures équipes d'Amérique latine.

Il n'existe qu'un précédent. Avant André-Pierre Gignac, seul un joueur français avait inscrit un but en Copa Libertadores. Pas un aventurier comme APG, mais l'Argentin de naissance, David Trezeguet. C'était en 2014 avec Newell's Old Boys, le club cher au cœur de Marcelo Bielsa. Mercredi soir, André-Pierre Gignac entrera cette fois seul dans l'histoire, pour être le premier Français à disputer une finale de Copa Libertadores. Ce sera à domicile, au Volcan, le surnom du stade des Tigres, qu'APG avait fait entrer en éruption la semaine dernière en ouvrant le score lors de la demi-finale retour de la Ligue des champions sud-américaine face à l'Internacional.

Face à la bande à Gignac, l'immense River Plate, légende continentale, aurait pu arriver à Monterrey les mains dans les poches. Non pas que les "Super Tigres", comme on commence à les appeler au Mexique depuis leur dernière campagne de recrutement tapageuse, ne soient pas équipe à craindre, mais pour les hommes de Marcelo Gallardo, le billet pour le Mondial des clubs est déjà en poche avant même le coup d'envoi. La raison ? La Copa Libertadores est une compétition CONMEBOL, que le Mexique joue, depuis 1998, en tant que pays invité. La générosité d'hôte de la Fédération d'Amérique du Sud a ses limites, comme de ne pas céder sa place à un représentant d'une autre confédération, même s'il remporte l'épreuve. Les Tigres disputeront d'ailleurs à partir du mois d'août la médiocre Ligue des champions de la CONCACAF, pour tenter d'accrocher leur sésame pour le Mondial des clubs 2016.

Retour vers le futur


Mondial des clubs ou pas, la Copa Libertadores fait fantasmer toute l'Amérique latine, et les deux clubs ont de grandes raisons de se battre jusqu'au dernier souffle pour l'arracher. Pour les Tigres de Gignac, dominer River les ferait entrer dans l'histoire comme le premier club mexicain à s'adjuger la Ligue des champions sud-américaine. Pour les Millonarios, avec seulement deux Copa Libertadores au compteur (1986, 1996), il s'agit de rendre plus conforme son palmarès continental à son immense popularité et, surtout, de refaire une partie du gouffre qui le sépare de son grand ennemi, Boca Juniors, qui a remporté à six reprises la compétition. Pour se donner les moyens de ses ambitions, River s'est activé cet été sur le marché des transferts, en rapatriant l'ex-Marseillais, Lucho González, Javier Saviola et Pablo Aimar,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant