Copa Libertadores : Gignac et ses Tigres tenus en échec par River Plate

le
0
Copa Libertadores : Gignac et ses Tigres tenus en échec par River Plate
Copa Libertadores : Gignac et ses Tigres tenus en échec par River Plate

André-Pierre Gignac et les Tigres de Monterrey ont été tenus en échec mercredi à domicile 0-0 par les Argentins de River Plate en finale aller de la Copa Libertadores. L'international français, moins flamboyant qu'au cours de la demi-finale et souvent neutralisé par une défense argentine efficace, s'est créé peu d'occasions lors d'un match tendu et rugueux.

Les «Millionnaires» de River Plate, portés par leur jeune milieu de terrain Matias Kranevitter, ont imposé en début de match un rythme soutenu, mettant sous pression les Tigres, maintenus dans leur moitié de terrain. Malgré tout, au quart d'heure de jeu, les Tigres, sur un centre d'Arevalo Rios détourné par le défenseur argentin Funes Mori, manquaient d'ouvrir le score, la balle frappant la barre transversale. Les joueurs de Monterrey s'offraient une autre occasion franche quelques minutes plus tard sur une tête de l'attaquant Rafael Sobis, seul face au gardien argentin (19e).

A la 22e, Gignac faisait preuve de maladresse, ratant un contrôle sur un centre dangereux qui pouvait lui ouvrir le chemin des filets. Les joueurs de Monterrey parvenaient peu à peu à reprendre le contrôle du match, sous une chaleur accablante de plus de 30°C. L'arbitre décidait une interruption de partie à la demi-heure de jeu afin que les joueurs puissent s'hydrater malgré les vives protestations des joueurs mexicains.

A la mi-temps, les Argentins procédaient à deux changements pour renforcer le milieu de terrain, en remplacement des attaquants uruguayens Rodrigo Mora et Tabare Viudez. Le match gagnait en intensité devant 40.000 supporters des Tigres qui donnaient de la voix et avaient déployé en début de match un immense drapeau mexicain, espérant rapporter au pays la première Copa Libertadores de son histoire. La tension montait encore d'un cran avec l'expulsion de l'entraîneur de River Plate, Marcelo Gallardo, trop pressant sur le bord du terrain.

Dans les dernières minutes, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant