Copa Libertadores : Gignac envoie les Tigres en finale

le
0
Copa Libertadores : Gignac envoie les Tigres en finale
Copa Libertadores : Gignac envoie les Tigres en finale

Il n'a pas mis longtemps à s'adapter à son nouveau club. Les Tigres de Monterrey se sont qualifiés (3-1) mercredi soir pour la finale de la Copa Libertadores grâce notamment à un but d'André-Pierre Gignac face au club brésilien Internacional de Porto Alegre.

L'attaquant international français, qui jouait son deuxième match officiel sous les couleurs mexicaines, et le premier dans la ville de Monterrey, a ouvert le score de la tête dès la 18e, devant 40.000 supporteurs en liesse.

Le premier but de #Gignac avec les Tigres de Monterrey https://t.co/5GmpekO8yA— FantasyFoot.fr (@FantasyFootfr) 23 Juillet 2015

Les Mexicains ont ensuite accentué leur avance grâce à un but contre son camp du Brésilien Geferson (40e) et une tête de l'Uruguayen Egidio Arevalo Rios (56e) pour mener 3-0. Les Brésiliens sont parvenus à réduire l'écart à la 88e grâce à l'Argentin Lisandro Lopez, un autre habitué du championnat de France. 

Battus 2-1 au match aller, les Tigres de Monterrey accèdent donc à la première finale de la Copa Libertadores de leur histoire, épreuve à laquelle ils participaient grâce à une invitation.

Le joueur français de 29 ans, deuxième meilleur buteur en L1 cette saison, s'est montré à la hauteur de sa réputation, constituant un danger permanent pour la défense brésilienne. A deux reprises, l'ancien Marseillais a failli aggraver le score notamment sur une reprise de volée, détournée de la main par le gardien brésilien Alisson (86e).

Gignac va retrouver River Plate en finale

Dès le coup de sifflet final, des feux d'artifices ont illuminé le stade Universitario de Monterrey et plus d'une soixantaine de mariachis ont défilé sur la pelouse, au son des guitares et trompettes. En finale, les Tigres de Monterrey affronteront le club argentin de River Plate qui s'est qualifié pour sa première finale de Copa Libertadores en dix-neuf ans aux dépens des Paraguayens de Guarani.

André-Pierre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant