Copa Libertadores : Gignac en héros ?

le
0
Copa Libertadores : Gignac en héros ?
Copa Libertadores : Gignac en héros ?

À 3 heures (heure française), André-Pierre Gignac fera ses débuts officiels, au Mexique, à l'occasion de la demi-finale retour de Copa Libertadores. Le Français cristallise sur ses larges épaules l'espérance d'une qualification des Tigres pour la première finale de son histoire.

Le jour de gloire serait-il déjà arrivé pour André-Pierre Gignac ? Un mois après la signature de son contrat, pour sa première à domicile, le nouvel attaquant des Tigres a tout du moins l'occasion de doubler un statut de recrue sensation de l'inter-saison mexicaine de celui de héros. Car, après sa courte défaite au Brésil la semaine dernière (1-2), un but suffit au club mexicain pour atteindre la première finale de Copa Libertadores de son histoire. Pour faire la différence, APG, plutôt incisif à l'aller, constitue évidemment l'atout numéro un des Tigres face à l'Internacional Porto Alegre de Charles Aránguiz, Andrés D'Alessandro, et Lisandro López. Un club qui a remporté deux fois l'épreuve (2006, 2010). Un monstre continental entraîné par l'Uruguayen, Diego Alonso, qui avait marqué la compétition sud-américaine de son empreinte en hissant Peñarol en finale de l'épreuve face au Santos de Neymar, en 2011. "Pour leur expérience dans cette compétition, ils sont favoris" a d'ailleurs considéré le gardien international argentin des Tigres, Nahuel Guzmán.

30 degrés et un Volcan


Ce mercredi, André-Pierre Gignac serre les poings et sort les dents en couverture de la Afición. "Que pèse le Volcan" titre le quotidien sportif mexicain. Car, pour pousser dans ses retranchements l'un des clubs les plus redoutables d'Amérique latine, les Tigres comptent aussi sur la chaude ambiance du stade universitario, surnommé le Volcan, dont les 43 000 sièges seront évidemment occupés. Dans la troisième ville du Mexique, la passion pour le football est telle que les Tigres jouent à guichets fermés tous leur matchs de championnats depuis huit ans. Il existe même une liste d'attente pour obtenir un abonnement en 2017. Ce mercredi soir, le Volcan ne demande qu'à entrer en éruption, pour ce qui est communément considéré comme le match le plus important de l'histoire des Auriazules. Au coup d'envoi (20h, heure locale), le thermomètre affichera 30 degrés à Monterrey. Mais, sans doute beaucoup plus, au sein du stade universitario.

À l'aller, les Tigres ont frôlé la catastrophe. Sevrés de compétition depuis début mai et menés 2-0 après dix minutes de jeu, les Mexicains ont toutefois eu le mérite de ne pas couler, malgré des circonstances défavorables. Réduits à 10 avant l'heure de jeu, Egidio Arévalo et consorts ont retrouvé le savoir-faire défensif qui a fait la réputation de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant