Copa América : les enseignements de la troisième journée

le
0
Copa América : les enseignements de la troisième journée
Copa América : les enseignements de la troisième journée

La Colombie à l'arrache, le Brésil qui s'en sort difficilement sans Neymar, et tout le Chili qui se prend à rêver d'un sacre, tels sont les enseignements de la troisième journée de la Copa América.

Colombie, entre déception et soulagement


Se qualifier sans briller en quarts de finale de la Copa América peut ouvrir la voie d'une finale. Le Paraguay de Tata Martino, finaliste malheureux de la dernière édition sans avoir gagné un seul match - dans le temps réglementaire - en est le parfait exemple. La Colombie peut donc se permettre de rêver, malgré une qualification bien plus compliquée que prévu. Alors qu'on attendait une sélection imposant son statut de favori, les joueurs dirigés par José Pékerman ont déçu. D'abord, James Rodríguez, auteur d'une saison exceptionnelle sous les ordres de Carlo Ancelotti, semble totalement perdu. Lors du Mondial brésilien, le numéro 10 colombien pouvait tranquillement se reposer sur des milieux à l'abattage défensif conséquent, comme Aguilar, Guarín ou Sánchez. Lors de cette phase de poules, Valencia et le joueur d'Aston Villa (jusqu'ici le plus convaincant des Cafeteros) se sont montrés incapables de faire vivre le toque qui avait fait de la Colombie l'une des équipes les plus attractives de la Coupe du monde. Après un horrible match nul arraché face à de vaillants Péruviens, la Colombie va affronter l'Argentine en quarts de finale. Pour cette rencontre, Sánchez (accumulation de cartons jaunes) et Valencia (blessé) seront indisponibles. Un nouveau casse-tête pour Don Pékerman qui doit gérer la transparence de Falcao, l'intermittence de Cuadrado et les absences défensives de ses latéraux. Le seul rayon de soleil colombien se nomme Jeison Murillo. Le défenseur central qui évoluera à l'Inter Milan la saison prochaine s'impose comme l'un des meilleurs de cette Copa. Mario Yepes peut dormir tranquillement.


Brésil, les balbutiements de Dunga


Alors que la Seleção gérait tranquillement son match face au Venezuela, Dunga a décidé d'offrir une seconde chance à la Vinotinto. L'entrée de David Luiz a totalement chamboulé le match. Coincé entre un poste de libéro et de milieu défensif, le chevelu parisien a –…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant