COP22 : quels sont les enjeux du sommet sur le climat de Marrakech ?

le
6

La COP22 s'ouvre ce lundi au Maroc. La conférence de l'ONU sur le changement climatique réunit les 195 pays qui ont adopté l'accord de Paris en décembre 2015, lors de la COP21.

Le site marocain de la COP22 le 31 octobre 2016. ( AFP / STRINGER )
Le site marocain de la COP22 le 31 octobre 2016. ( AFP / STRINGER )

Le 12 décembre 2015, 195 États adoptaient à l'issue de la COP21 un accord pour tenter d'endiguer le réchauffement climatique. Jusqu'ici ratifié par 100 pays représentant près de 70% des émissions mondiales, l'accord de Paris est désormais "la feuille de route du combat contre le changement climatique", souligne Manuel Pulgar-Vidal, ministre péruvien qui présida la COP20, aujourd'hui responsable du WWF.

Mais cela suffira-t-il ? Les scientifiques continuent de sonner l'alarme. Après deux années record, 2016 devrait de nouveau être la plus chaude jamais enregistrée sur Terre, et les concentrations de gaz à effet de serre ne cessent de croître.

TRANSFORMER L'ESSAI

Durant la COP22 qui s'ouvre ce lundi à Marrakech, au Maroc, les négociateurs vont devoir s'accorder sur toute une liste de procédures, qui feront au final de Paris un vrai succès ou pas. Leur première tâche sera, selon la négociatrice française Laurence Tubiana, d'"achever les règles" de ce pacte complexe qui inclut notamment un objectif collectif (ne pas dépasser +2°C de réchauffement), des promesses nationales d'action (insuffisantes à ce stade) et des principes généraux pour les revoir à la hausse.

Concrètement, cela signifiera résoudre toute une série de questions délicates : comment suivre les émissions de GES de chaque pays? comment garantir le financement des politiques climatiques des pays du Sud promis par le Nord? quels pourront être les critères de "compensation" des pays pauvres touchés par les impacts climatiques, sécheresses, inondations et autres tempêtes? "La COP22 est vraiment une COP pour l'application et l'action," a expliqué le négociateur américain Jonathan Pershing à la presse. Le consensus actuel est de parvenir à un accord sur ces sujets d'ici 2018.

Un bilan global des engagements nationaux en matière de réduction d'émissions - issues pour l'essentiel de la combustion du pétrole, du gaz et du charbon - est aussi prévu en 2018, sur la base du volontariat. La réalisation des plans actuels éviterait les catastrophiques +4/5°C attendus en l'absence de politiques climatiques, mais met encore la planète sur une trajectoire extrêmement dangereuse de +3°C. D'où la nécessité de renforcer ces engagements."Nous devons combler ce fossé", dit Mme : "La grande bataille des deux ans à venir porte sur la manière dont nous pourrons amener les pays à accentuer leur ambition".

Sur le terrain, de nombreux signaux montrent que le changement est en cours et la transition vers des énergies plus propres amorcée. 2015 a été une année record pour les investissements dans les énergies renouvelables, notamment dans les pays émergents. Les entreprises - présentes comme jamais à la COP - commencent elles-mêmes à prendre leur part, poussées par la nécessité d'anticiper le changement vers une économie bas-carbone. "Si nous ne commençons pas à prendre des mesures supplémentaires dès maintenant (pour réduire les émissions), nous finirons par pleurer devant une tragédie humaine évitable", a prévenu jeudi Erik Solheim, directeur du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer il y a un mois

    De l'argent qui est jeté par la fenêtre. La seule règle (même pour les beaux parleurs des coop x y z , NECESSITE FAI LOI. Ceux qui vivent avec moins que rien ont d'autres préoccupations que ces sang-sues.

  • mlaure13 il y a un mois

    ...et l'homme avec sa super intelligence, aura été la forme de vie avec le plus bref passage sur cette planète...c'est pas beau, ça ?...:-(((

  • mlaure13 il y a un mois

    Encore du brassage d'air...ils nous pompent le peu d'oxygène qui nous reste...Ce n'est plus un risque climatique, mais une catastrophe "climatismique" qui va rayer l'humanité de la planète...car quoique l'on fasse, il est déjà trop tard...les lignes rouges ont déjà été franchies...et la nature reprendra ses droits...Profitez bien de la vie, citoyens de la Terre, il ne nous reste que qqs petites décennies...n’en déplaise aux qqs détracteurs bisounours…:-(((

  • fififif2 il y a un mois

    Les enjeux c'est de bien manger pendant le sommet ! le reste c'est pour passer le temps et laisser l'être humain s'auto détruire ... dans 100 ans la Terre sera morte mais bon on sera tous morts aussi ....

  • glaty il y a un mois

    La population et son attitude y est aussi pour beaucoup dans les divers pollutions,!.Cette COP21 n'a pas pris en compte qu'il faut absolument passer aux interdictions de polluer de manier volontaire tel que les courses autos, bateaux, avions,Chars,Bus, Camions etc.Ces sourses de pollutions sont extrêmement importantes pourtant, Personne ne s'en préoccupe,Regardez, certaines émissions TV montrant des individus se réjouissant des faire des courses, complètement inutile et très polluantes ,

  • yeye84 il y a un mois

    he bien... que d énergie depensée pour rien...