COP21-Obama salue un accord fort et historique

le
0
 (Actualisé avec citations, contexte) 
    WASHINGTON, 12 décembre (Reuters) - Barack Obama a salué 
samedi un accord fort et historique conclu lors de la COP21 à 
Paris et a estimé qu'il constituait la meilleure chance de 
sauver la planète contre la menace du réchauffement climatique. 
    "Aujourd'hui, le peuple américain peut être fier parce que 
cet accord historique est un hommage au gouvernement américain. 
Au cours des sept dernières années, nous avons transformé les 
Etats-Unis en une figure mondiale de la lutte contre le 
réchauffement climatique", a déclaré le président américain. 
    Cet accord, a-t-il poursuivi, démontre ce qu'il est possible 
d'accomplir lorsque le monde affiche son unité. "Cet accord 
représente la meilleure chance que nous avons de sauver la seule 
planète dont nous disposons", a-t-il ajouté. 
    S'exprimant depuis la Maison blanche quelques heures après 
l'approbation d'un engagement commun par les 195 pays 
participant à la conférence de Paris sur le climat, Obama a 
concédé qu'"aucun accord n'était parfait, y compris celui-là" et 
reconnu que les négociations avaient été difficiles. 
    "Même si tous les objectifs fixés à Paris sont atteints, 
nous n'aurons accompli qu'une partie du chemin quant à la 
réduction du carbone dans l'atmosphère", a-t-il jugé. 
    Le président américain a fait de cette question de la lutte 
contre le réchauffement climatique une des priorités de son 
second mandat mais il a dû composer avec de fortes réticences de 
la part des républicains au Congrès. 
    Selon le républicain Jim Inhofe, climato-sceptique et 
président de la commission sénatoriale de l'Environnement et des 
Travaux publics, l'accord de Paris "n'a pas plus d'importance 
pour les Etats-Unis" que le protocole de Kyoto, dernier accord 
sur le sujet, non ratifié par les Etats-Unis. 
    "La majorité du Sénat a déjà exprimé ses positions selon 
lesquelles les Etats-Unis ne sont pas légalement liés à un 
quelconque accord sur des objectifs d'émissions (de gaz à effet 
de serre) ou sur des engagements financiers sans l'approbation 
du Congrès", a rappelé Jim Inhofe. 
    La ratification de l'accord de Paris par le Congrès 
américain s'annonce comme une tâche délicate, sinon impossible. 
    Le représentant démocrate Raul Grijalva, membre de la 
commission des Ressources naturelles de la chambre basse, a 
appelé les républicains à soutenir financièrement l'accord de 
Paris. 
    "Trop de gens ont passé leur carrière à affirmer que le 
réchauffement climatique était une supercherie orchestrée par 
des groupes écologistes clandestins et des scientifiques animés 
de pensées machiavéliques", a dit Grijalva. "L'opinion publique 
américaine sait très bien que cela n'est pas vrai". 
     
     
     
 
 (Idrees Ali et Will Dunham; Pierre Sérisier pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant