COP21-Les principaux points durs toujours pas tranchés

le
0
    LE BOURGET, Seine-Saint-Denis, 9 décembre (Reuters) - 
L aurent Fabius a remis mercredi aux 195 pays participant à la 
conférence de Paris sur le climat un projet d'accord en progrès 
par rapport aux précédentes versions mais qui ne règle toujours 
pas les trois principaux points au coeur de la négociation.  
    Le ministre français des Affaires étrangères et président de 
la COP21, qui a déclaré mardi vouloir un texte définitif "dans 
des délais compatibles avec son adoption formelle" vendredi à 
18h00 (17h00 GMT), s'en tient à ce calendrier. 
    "Il faut vous préparer à travailler cette nuit et demain", 
a-t-il prévenu lors d'une brève réunion plénière du "comité de 
Paris", une instance de concertation ouverte aux 196 
délégations, dont la prochaine réunion est prévue à 20h00. 
    La présidence de la COP et les neuf binômes de ministres de 
pays développés et en développement chargés de trouver des 
compromis, les "facilitateurs", avaient déjà travaillé toute la 
nuit de mardi à mercredi pour aboutir à ce projet de texte. 
    Laurent Fabius a précisé que restaient notamment à trancher 
les points relatifs à la différenciation (la modulation des 
efforts demandé aux pays selon leur niveau de développement), 
aux questions financières et au "niveau d'ambition" de l'accord. 
    Ces trois volets sont depuis le début des négociations les 
plus difficiles à résoudre, tant ils se heurtent à une multitude 
d'intérêts contradictoires. 
    En matière d'ambition, la nouvelle mouture, bien que 
nettement plus ramassée que les précédentes (seulement 14 pages 
pour le projet d'accord proprement dit) réintroduit même trois 
options concernant l'objectif de réchauffement climatique. 
    La première stipule que les futurs signataires s'engagent à 
contenir ce réchauffement "sous 2°C au-dessus des niveaux 
pré-industriels" à la fin du siècle. 
    Dans la deuxième, il s'agit de maintenir la hausse de 
température "bien en dessous de 2°C" en reconnaissant les 
risques encourus par certaines régions du monde au-dessus de 
1,5°C et en préconisant des efforts supplémentaires. 
    La troisième reprend l'objectif de 1,5°C demandé par les 
pays les plus vulnérables aux dérèglements climatiques. 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant