COP21 : le mot qui a failli faire capoter l'accord sur le climat

le
0
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, lors de la COP21, le 12 décembre au Bourget.
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, lors de la COP21, le 12 décembre au Bourget.

Les représentants de l’administration Obama ont découvert, tôt samedi, qu’une phrase aurait conduit le texte à passer devant le Sénat, majoritairement républicain et climatosceptique.

« Dans les documents juridiques internationaux, de petits mots peuvent avoir de grandes conséquences. Dans l’accord sur le climat, le mot le plus crucial est sans doute shall [« doivent »]. Car dans ce cadre, shall est juridiquement contraignant », écrivait dès le 5 décembre The New York Times sur les négociations de la COP21. Une semaine plus tard, alors que le texte vient d’être adopté par 195 pays, preuve en est que le quotidien américain avait raison.

Ces cinq lettres, apparues dans la version finale de l’accord, ont affolé l’administration Obama à quelques heures de la présentation du texte : le terme avait remplacé le moins contraignant should (« devraient ») dans le paragraphe 4 de l’article 4 de la version précédente. Il était alors écrit que « les pays développés doivent continuer à être en première ligne pour mener à bien des plans nationaux de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ».

« Quand j’ai vu ça, j’ai dit : “On ne peut pas faire ça et on ne va pas faire ça.” Soit le terme était changé, soit le président et les Etats-Unis ne pourront pas être en mesure de soutenir ce texte », a raconté le secrétaire d’Etat américain John Kerry à Politico après la ratification de l’accord.

L’obstacle du Sénat américain Car, la phrase en l’état aurait sans doute conduit le texte à passer devant le Sénat, ce que voulait à tout prix éviter l’administration Obama. Les républicains, dont nombre d’élus sont climatosceptiques, y sont majoritaires et n’auraient jamais v...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant