COP21-"Il y a des risques d'échec", déclare Hollande

le
4

* Moins de trois mois pour atteindre des objectifs minimaux * Les questions de financement, clé d'un succès PARIS, 7 septembre (Reuters) - Un échec de la conférence des Nations unies sur le climat (COP21) prévue en décembre près de Paris est possible, a déclaré lundi François Hollande, selon qui son succès dépend d'un accord sur le financement de l'aide aux pays émergents et du Sud. La COP21 est considérée comme une des dernières chances de parvenir à un accord universel sur une réduction des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement climatique à 2°C d'ici la fin du siècle. "Les bonnes intentions sont là (...) mais nous sommes encore loin d'un accord contraignant et de financement à la hauteur de l'enjeu", a déclaré le chef de l'Etat français, qui a fait de cette conférence un temps fort de son quinquennat. "Il y même des risques d'échec", a ajouté François Hollande, qui a appelé de ses voeux un "sursaut". Les 195 pays participants sont censés déposer d'ici le 1er octobre auprès de l'Onu leur contribution nationale en matière de réduction des gaz à effet de serre. Mais seulement 58 pays, représentant environ 70% de ces émissions, l'ont fait jusqu'ici. Selon les experts du ministère français des affaires étrangères, la trajectoire du réchauffement climatique ainsi dessinée est plutôt 3°C que 2°C. Nombre de pays en développement ne veulent s'engager que s'ils ont l'assurance d'un soutien financier suffisant pour adapter leur économie aux contraintes de la lutte contre le réchauffement climatique. Lors de la conférence de Copenhague, en 2009, le chiffre de 100 milliards de dollars par an à l'horizon 2020 avait été avancé. Mais "on a fait seulement la moitié du chemin", estime-t-on au ministère des Affaires étrangères. HOLLANDE EN CHINE EN NOVEMBRE "C'est sur la question du financement que tout va se jouer et c'est là-dessus qu'avec le ministre des Affaires étrangères nous travaillons", a déclaré François Hollande. "Il n'y aura pas d'accord, notamment parce que des pays s'y refuseront, des pays émergents, des pays du Sud (...), s'il n'y pas d'engagement ferme sur les financements", a-t-il ajouté. Ces pays demandent que ce financement soit "mesurable", "prévisible", "vérifiable" et "transparent", avec un mécanisme de révision au cours du temps, a-t-il précisé. La France compte notamment soulever la question lors de l'Assemblée générale de l'Onu, à New York, dans quelques jours, a ajouté le chef de l'Etat. Le sujet sera également évoqué lors d'autres réunions internationales d'ici fin novembre. Parallèlement, les discussions sur un projet d'accord global se poursuivent mais la réunion préparatoire qui s'est tenue la semaine dernière à Bonn, en Allemagne, n'a pas permis de véritable percée, même si l'Onu assure être dans les temps. La France tente d'accélérer le rythme des négociations, notamment en organisant des réunions ministérielles informelles pour déblayer le terrain sur les points les plus sensibles. Les représentants d'une soixantaine de pays et organisations se sont ainsi retrouvés dimanche et lundi à Paris. Cette réunion informelle portait précisément sur les questions de financement et de transfert de technologie. François Hollande a annoncé qu'il irait en Chine début novembre, lancer avec le président Xi Jinping un appel au succès de la COP21. "La Chine va être un acteur majeur", a-t-il dit. (Emmanuel Jarry, avec John Irish et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le lundi 7 sept 2015 à 15:36

    Flany veut nous faire croire que les migrants sont des réfugiés climatiques. Daesh n'y est pour rien.

  • M4484897 le lundi 7 sept 2015 à 15:26

    Je disais le "corniaud"

  • M4484897 le lundi 7 sept 2015 à 15:24

    dotcom personne n'en voulait de cette conférence parce que personne ne veut payer, on se demande pourquoi. Seul le cornique de service qui voulait se mettre en avant a voulu l'organiser, demande acceptée bien avant le depot du dossier

  • dotcom1 le lundi 7 sept 2015 à 15:22

    S'il existe le moindre risque d'échec, il vaut mieux tout annuler.