COP21-Etats et investisseurs s'allient pour financer l'innovation

le
0
 (Actualisé avec réunion en marge de la COP21, Bill Gates) 
    PARIS, 30 novembre (Reuters) - François Hollande, Barack 
Obama et Bill Gates ont lancé lundi à l'occasion de la COP21 une 
initiative destinée à mobiliser de larges investissements aussi 
bien publics que privés pour le développement des énergies 
propres. 
    Dans le cadre de cette initiative baptisée "Mission 
Innovation" lancée à l'ouverture de la conférence mondiale sur 
la lutte contre le changement climatique, près de Paris, une 
vingtaine d'Etats, dont la France et les Etats-Unis, s'engagent 
à doubler sur cinq ans le budget alloué à la recherche et 
développement dans ce domaine. 
    François Hollande a confirmé cet engagement dans un discours 
prononcé en présence d'une quinzaine de dirigeants.  
    Barack Obama a salué de son côté "un partenariat unique et 
inédit pour accélérer l'innovation sur les énergies propres à 
l'échelle mondiale".  
    "Développer les énergies propres va créer des emplois et des 
opportunités dans les années à venir", a ajouté le président 
américain, précisant que les pays impliqués représentent 80% des 
recherches dans les énergies "vertes".   
    En France, "ces investissements complémentaires se 
concentreront sur les énergies renouvelables et leur stockage, 
les technologies de captage et stockage de CO2, et les 
innovations permettant une meilleure maîtrise des usages et de 
la demande énergétique", a précisé l'Elysée dans un communiqué.  
     
    DÉPLACER LE RISQUE 
    L'ex-PDG de Microsoft, Bill Gates, de son côté a réuni un 
groupe de 27 investisseurs privés d'une dizaine de pays 
différents comptant parmi les plus grandes fortunes au monde, 
qui s'engagent à favoriser l'essor de ces énergies propres via 
"un apport sans précédent de capitaux privés dans les pays qui 
ont rejoint l'initiative". 
    Le mécène a précisé à la presse avoir pour l'instant réuni 
dans ce cadre la somme de deux milliards de dollars.  
    "Il s'agit de déplacer le risque, de le faire passer du 
secteur public au secteur privé", a-t-il expliqué. "J'ai cherché 
des gens qui étaient là pour le long terme".  
    Parmi les investisseurs réunis par le co-fondateur de 
Microsoft au sein de sa "Breakthrough Energy Coalition" figurent 
notamment les Américains Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff 
Bezos (Amazon), le Chinois Jack Ma (Alibaba), l'Indien Ratan 
Tata (Tata Group) ou encore le Sud-Africain Patrice Motsepe 
(African Rainbow Minerals). 
    L'objectif de cette double initiative publique et privée est 
de permettre aux innovations dans le domaine des énergies 
propres de franchir ce que les investisseurs qualifient de 
"vallée de la mort", autrement dit d'accéder aux financements 
nécessaires à leur diffusion et à leur commercialisation à 
grande échelle.  
    Outre la France et les Etats-Unis, 17 autres pays se sont 
engagés : l'Allemagne, l'Arabie saoudite, l'Australie, le 
Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la Corée du Sud, le 
Danemark, les Emirats arabes unis, l'Inde, l'Indonésie, le 
Japon, le Mexique, la Norvège, le Royaume-Uni et la Suède. 
 
 (Elizabeth Pineau et Bertrand Boucey, avec Valerie Volcovici à 
New York, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant