COP21-Dix jours de négociations sur le climat sans grand progrès

le , mis à jour à 19:57
0

par Alister Doyle et Megan Rowling BONN, Allemagne, 11 juin (Reuters) - Un certain nombre de pays ont demandé jeudi une accélération des négociations sur le réchauffement climatique à l'issue d'une nouvelle session de négociations en Allemagne qui s'est terminée sans grande avancée à six mois de la conférence prévue à Paris. Lors de la session de négociations qui s'est tenue du 1er au 11 juin à Bonn sous l'égide de Nations unies, les délégués représentant près de 200 pays ont commencé à toiletter le texte de 89 pages qui doit servir de base à un accord universel sur le réchauffement climatique qui doit être signé en décembre à Paris. Mais ils n'ont pas abordé les problèmes de fond, par exemple la nécessité ou pas de fixer un calendrier pour la suppression progressive des gaz à effet de serre. Plusieurs Etats ont demandé une accélération du rythme de travail en soulignant qu'il ne restait plus que deux sessions préparatoires avant le sommet de Paris (COP 21). "Nous n'avons pas constaté autant de progrès que nous l'aurions souhaité", a déclaré Elina Bardram, qui dirige la délégation de la Commission européenne. "On ne peut pas bricoler indéfiniment." "Nous souhaiterions que le rythme s'accélère", a déclaré un responsable américain sous le sceau de l'anonymat, tout en qualifiant les débats de productifs. "Ces négociations sont un grand moment pour les pays. Les détails comptent beaucoup", a-t-il ajouté. QUESTIONS DIFFICILES Les Nations unies se sont voulues rassurantes. "C'est un processus étape par étape", a déclaré Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), lors d'une conférence de presse. Il y a eu des progrès dans la structuration du texte et dans la clarification des diverses possibilités d'action, a-t-elle ajouté. Su Wei, négociateur en chef pour la Chine, a déclaré que tous les pays voulaient "un résultat ambitieux et équilibré à Paris" pour limiter les gaz à effet de serre. L'Alliance des petits Etats insulaires (Aosis) qui représente notamment des pays côtiers d'Asie ou des Caraïbes mis en danger par la montée du niveau des mers, ont estimé que des progrès avaient été faits à Bonn tout en estimant qu'il y avait "encore un travail considérable". Les négociateurs doivent se retrouver en août et en octobre, mais les questions les plus difficiles, telles que l'aide aux pays en développement et la façon de rendre la convention sur le climat obligatoire d'un point de vue juridique, seront laissées à la COP21. Lundi, les pays membres du Groupe des Sept (G7) ont approuvé l'objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde et de limiter la hausse de la température moyenne d'ici à 2100 à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. ID:nL5N0YU34G De nombreux pays en développement sont favorables à un délai plus rapproché, à l'horizon 2050, tandis que certains pays de l'Opep voudraient qu'aucune date limite ne soit fixée. (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant