Convictions AM a plus que doublé ses actifs sous gestion en 2010

le
0
(NEWSManagers.com) - Philippe Delienne, le président de Convictions Asset Management, a indiqué le 4 janvier à Newsmanagers que l'encours de la société de gestion a atteint environ 850 millions d'euros fin 2010 et que les souscriptions nettes ont porté sur quelque 450 millions d'euros, l'effet de marché s'avérant pour sa part peu significatif.
La société de gestion commercialise à présent sous forme de placement privé un fonds contractuel similaire à convictions Premium, mais sans contrainte de volatilité (lire notre article du 27 septembre), et se lance dans l'activité de mandats de gestion. En règle générale, ces mandats seront ventilés sur un tiers de fonds Convictions AM et deux tiers de fonds externes, qui sont soit des produits résistants en période de crise, soit des fonds correspondant à des besoins conjoncturels comme des produits spécialistes des fusions-acquisitions.
Interrogé sur les parts éthiques des fonds Convictions Premium et Convictions Europactive créées en 2009 (lire notre article du 27 mai 2009), Philippe Delienne a indiqué qu'elles servent pour l'instant surtout à soutenir l'ONG Action Innocence. D'autre part, le manager précise que Convictions AM n'a pas l'intention de se lancer dans l'ISR, faute de compétences adéquates, compte tenu du fait que ses produits sont des fonds flexibles, d'allocation d'actifs, et qu'il est par exemple très ardu de déterminer si les obligations souveraines d'un pays donné sont ou non éligibles. La société de gestion fait déjà un travail éthique en s'efforçant de protéger et d'augmenter le patrimoine des familles qui lui confient leur épargne...
Dans la conjoncture actuelle, Convictions AM est très orientée " actions" , avec 80 à 100 % du portefeuille d'Europactive (12 % de performance en 2010) et 30 % de celui de Premium (3 % de gain, mais avec une volatilité plafonnée à 7 %).
Le gestionnaire, qui s'attend à des crises très dures et à de la volatilité notamment sur l'obligataire européen, privilégie les actions européennes et américaines, surtout dans les domaines de la consommation et des médias, avec un tropisme pour les marques et franchises. Il évite les obligations, avec quelques exceptions néanmoins pour le haut rendement et les obligations d'entreprises de pays émergents. Il favorise également les devises émergentes.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant