Controverse autour de «l'état végétatif» de Nelson Mandela

le
0
Controverse autour de «l'état végétatif» de Nelson Mandela
Controverse autour de «l'état végétatif» de Nelson Mandela

D'après un document présenté par la famille Mandela devant un tribunal, l'ex-président sud-africain Nelson Mandela «est dans un état végétatif permanent et sous assistance respiratoire pour survivre». «L'état de santé de Nelson Mandela a empiré, selon ce document qui date du 26 juin, et les médecins ont conseillé à la famille de débrancher la machine (...)», une option sérieusement envisagée, selon l'auteur de ce document, l'avocat David Smith.

La présidence sud-africaine dément, dans un communiqué publié ce jeudi soir sur son site internet, que «Nelson Mandela soit dans un état végétatif permanent». «Madiba est toujours dans un état critique mais stable», précise le communiqué de la présidence.

Un vieil ami affirme que Madiba l'a reconnu

Pour Denis Goldberg, un vieil ami qui lui a rendu visite lundi 1er juillet à l'hôpital de Pretoria, le prix Nobel 1993 était «conscient» et a même «tenté de bouger ses yeux et sa bouche». «Il est sans aucun doute très malade mais il n'était pas inconscient», rapporte Denis Goldberg ce jeudi. «Il n'était clairement pas inconscient (...) il a compris qui j'étais», a-t-il ajouté.

L'épouse du Nobel de la Paix, Graça Machel, qui passe de longues heures à son chevet depuis son hospitalisation, a elle aussi tenu des propos rassurants. «Cela fait maintenant environ 25 jours que nous sommes à l'hôpital. Même si Madiba n'a pas toujours été bien, il n'a que très peu souffert», a-t-elle indiqué jeudi. «ll va bien».

Le document controversé n'était pas censé être public. Il avait été rédigé pour soutenir une plainte déposée par une partie de la famille pour obtenir le rapatriement des corps de trois des enfants de Nelson Mandela dans le village de Qunu (sud), où Nelson Mandela souhaite être enterré.

VIDEO. Mandela a trés peu souffert, selon son épouse Graça Machel

«Il a un poumon qui est au bout du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant