Contrôle judiciaire levé pour les frères Karabatic

le
0
LEVÉE DU CONTRÔLE JUDICIAIRE POUR LES FRÈRES KARABATIC
LEVÉE DU CONTRÔLE JUDICIAIRE POUR LES FRÈRES KARABATIC

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Les contrôles judiciaires de Nikola Karabatic et de quatre de ses coéquipiers de Montpellier ont été intégralement levés jeudi, dans le cadre de l'affaire des paris illicites qui secoue le handball français depuis plusieurs semaines.

L'aîné des Karabatic, son jeune frère Luka, Dragan Gajic - qui avait déjà obtenu une levée partielle de son contrôle -, Issam Tej et Primoz Prost sont désormais libres de rencontrer les autres protagonistes de l'affaire, de reprendre contact avec leur club, les dirigeants et les autres joueurs de Montpellier.

"Chacun des appels est recevable", a dit la chambre de l'accusation de la cour d'appel de Montpellier, qui ordonne "la main levée totale et la restitution du cautionnement".

La décision vaut également pour Géraldine Pillet, la compagne de Nikola Karabatic et Jennifer Priez, celle de Luka, animatrice à la télévision qui était suspendue d'antenne par son employeur NRJ 12 depuis sa mise en examen.

Tous restent néanmoins mis en examen dans cette affaire.

"J'estime que c'est un véritable coup de théâtre, un désaveu total pour l'institution judiciaire qui avait organisé un lynchage médiatique. Je pense que le dossier du hand est en train de faire 'pschitt'" s'est félicité Me Luc Abratkiewicz, l'avocat de Mladen Bojinovic, qui évolue désormais au Paris Saint-Germain tout comme Samuel Honrubia, autre international français mis en cause.

RISQUE DE LICENCIEMENT

Les joueurs sont accusés d'avoir parié contre leur club - directement ou par personne interposée - sur le match de championnat de France qui avait opposé le club breton de Cesson-Sévigné à Montpellier, déjà assuré du titre, le 12 mai dernier.

Le club héraultais - champion de France sans discontinuer entre 2008 et 2012 - s'était incliné à l'issue d'une rencontre à laquelle les frères Karabatic n'avaient pas participé.

Des soupçons de match truqué planent aussi sur cette affaire qui a éclaté fin septembre, quelques semaines après le retour triomphal des Bleus des Jeux de Londres où ils avaient conservé leur titre olympique.

Concernant les paris, ni les textes de la Fédération française de handball, ni ceux de la Ligue nationale n'interdisaient, à l'époque des faits, les paris "en dur", c'est-à-dire chez les buralistes, contrairement aux paris en ligne.

En revanche, les contrats de travail des joueurs de Montpellier stipulent que les paris, sous quelque forme qu'ils soient, sont interdits aux joueurs comme à leur entourage.

Les joueurs incriminés risquent donc une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement. Ils devraient rencontrer leur dirigeant rapidement, ce qui a déjà été le cas de Gajic, qui est convoqué pour un nouvel entretien le 7 novembre.

Avec Chrystel Boulet-Euchin à Paris, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant