Contrôle des migrants : Hollande ne veut faire «aucune concession» à la Turquie

le
0
Contrôle des migrants : Hollande ne veut faire «aucune concession» à la Turquie
Contrôle des migrants : Hollande ne veut faire «aucune concession» à la Turquie

Alors que plusieurs des 28 Etats membres de l'Union européenne (UE) s'inquiètent de possibles compromissions avec le régime islamo-conservateur d'Ankara, François Hollande a choisi de se montrer ferme ce samedi : «Il ne doit y avoir aucun concession en matière de droits de l'Homme ou de critères de libéralisation des visas» a-t-il affirmé ce samedi en réaction aux exigences de la Turquie en échange de garanties sur le contrôle des flux migratoires.

Des expulsions collectives jugées «illégales» par l'ONU

Ebauché lundi dernier lors d'un sommet à Bruxelles, le projet d'accord prévoit la réadmission en Turquie de tous les migrants arrivés clandestinement en Grèce. Des expulsions collectives jugées «illégales» par l'ONU. En échange, la Turquie demande l'engagement de l'Europe, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, à accepter un demandeur d'asile syrien sur son territoire, le doublement de 3 à 6 milliards d'euros de l'aide proposée par l'UE pour l'accueil en Turquie des Syriens qui fuient la guerre (2,7 millions de personnes sont déjà arrivées) et une exemption de visas, dès la fin juin, pour les ressortissants turcs voulant voyager dans l'UE. Enfin, l'ouverture rapide de négociations sur cinq nouveaux chapitres d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Prochain sommet européen les 17 et 18 mars

Après une réunion avec une quinzaine de dirigeants sociaux-démocrates européens à l'Elysée, le président de la République s'est donc dit opposé à toute concession à la Turquie sur les droits de l'Homme et les visas et a ajouté : «Nous devons même faire en sorte que ça puisse, dans le contexte que l'on connaît, être un facteur de clarification et de transparence dans les rapports entre la Turquie et l'Europe». Cela vaut aussi, a insisté François Hollande, «pour les négociations qui sont d'ailleurs engagées depuis plusieurs années» avec Ankara à propos de son adhésion à l'UE.

Le président a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant