Contrôle des chômeurs : pas de généralisation avant mars 2015

le
8
Contrôle des chômeurs : pas de généralisation avant mars 2015
Contrôle des chômeurs : pas de généralisation avant mars 2015

La généralisation sur tout le territoire du contrôle de la recherche d'emploi n'est pas prévue pour le moment. Pôle Emploi se laisse jusqu'à «la fin du premier trimestre 2015» pour généraliser ou non ce dispositif testé dans plusieurs régions. Il a été expérimenté depuis juin 2013 en Haute-Normandie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Franche-Comté, avec des résultats disparates présentés ce mercredi matin au conseil d'administration de l'opérateur.

Sur les 15 mois de test, les taux de radiation constatés vont de 8% en région Province-Alpes-Côte d'Azur, qui effectuait des contrôles aléatoires, à 35% en Franche-Comté, qui ciblait les chômeurs exerçant des métiers en tension ou ayant bénéficié de formations. Avec un modèle mixte, la région Poitou-Charentes a enregistré 15% de radiations. Après leur radiation, la majorité des demandeurs d'emploi (entre 62% et 71%) se sont réinscrits. Les résultats ne tiennent pas compte de la Haute-Normandie, car elle a changé de protocole en cours d'expérimentation.

«Plein de questions» avant la généralisation

«Il faut être très prudent sur l'interprétation de ces chiffres», a mis en garde Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi. «Ce n'est pas une analyse à vertu scientifique, elle n'a pas prétention de représentativité statistique», a-t-il ajouté. Selon lui, l'objectif de l'expérimentation n'était pas d'évaluer le nombre de demandeurs ne cherchant pas d'emploi ni d'en déterminer les raisons, mais d'évaluer l'impact d'une dissociation du contrôle et de l'accompagnement des chômeurs. Actuellement, un même conseiller prend en charge les deux activités, ce qui «rend son travail difficile.»

Avant de généraliser ou non le dispositif, se posent «plein de questions de nature technique», rappelle le patron de Pôle Emploi: «Quels moyens mobiliser? Quel modèle de contrôle privilégier: aléatoire, ciblé ou laisser le choix ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 20:53

    Controle ou pas controle ne changera rien à la situation et ne créera aucun emploi supplémentaire, accessoirement, les controles couteront des sommes non négligeables. Ca créera peut être des emplois à Peaule en Ploye emploi... Monerer du doigt les vilains chomeurs qui veulent pas chercher d'emploi permet de distraire l'attention qu'il n'y a pas d'emploi à trouver.

  • frk987 le mercredi 15 oct 2014 à 18:40

    Vous m'expliquerez ZVR comment on peut contrôler un chômeur...les boutiques ne répondent plus aux demandes d'emploi ni positivement ni négativement...vous avez une solution miracle ???? C'est pour cela que je redis 6 mois d'indemnisation sans contrôles, on gagne à la fois sur la durée et l'on ferme popaul emploi, les employés de cette noble institution comprendront ce qu'est le vrai chômage.

  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 18:12

    On peut controler, mais ça ne changera rien au fait qu'il n'y a pas d'emplois. Ca permet de faire diversion et de radier plein de gens des statistiques. Bien sur, en mettant le smic à 500 euros et en supprimant les aides sociales pour retrouver de la compétitivité on pourrait créer des emplois... Mais c'est politiquement moins couteux de taper sur les chomeurs.

  • frk987 le mercredi 15 oct 2014 à 18:11

    6 mois d'indemnisation sans contrôles (de toute façon c'est impossible à faire), on ferme Popaul emploi, autant de gagné, trop simple ??????

  • a.guer le mercredi 15 oct 2014 à 18:05

    problème récurrent du gouvernement actuel : ils remettent tout le temps à demain ce qu'ils devraient faire aujourd'hui

  • 82554976 le mercredi 15 oct 2014 à 18:03

    Surtout rien faire avant les élections !!!!

  • poczebow le mercredi 15 oct 2014 à 18:00

    Quelle horreur cette politique, c'est monstrueux, harceler ainsi des gens alors qu'il n'y a pas assez d'offres et qui plus est avec la fiscalité française les chances de tirer son épingle du jeu par soi-même est presque nulle; ça relève du miracle que la France n'ai pas encore eu un coup d'état ou une révolution.

  • c.voyant le mercredi 15 oct 2014 à 17:52

    Au lieu d'enquiquiner ceux qui bossent ils devraient plutôt s'occuper des fraudeurs fiscaux qui volent 80 milliards tous les ans, soit le salaire annuel de 6 millions de personnes.