Contretemps pour le programme nucléaire iranien

le
0
Les activités d'enrichissement d'uranium menées par Téhéran ont subi un arrêt d'au moins une journée en novembre, selon l'AIEA.

Le programme nucléaire iranien rencontre de sérieuses difficultés, mais les causes en demeurent pour l'instant mystérieuses.

Dans un rapport remis hier par le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, aux trente-cinq États membres du conseil des gouverneurs, l'organe exécutif de l'agence qui siégera à Vienne les 2 et 3 décembre prochain, les inspecteurs révèlent que l'enrichissement d'uranium a été brièvement interrompu le 16 novembre sur le site de Natanz, à 250 km au sud de Téhéran. Ne se trouvant pas quotidiennement sur le site, les inspecteurs n'ont pu estimer combien de temps cet arrêt s'était prolongé. Le 22 novembre, lors de leur visite suivante, seules 28 «cascades», ces assemblages comprenant chacun 164 à 174 centrifugeuses de type IR-1, avaient été remises en activité, soit moins de 4800 de ces engins sur les 8 426 que renferme Natanz.

Dans le document de 9 pages, dont Le Figaro a pu se procure

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant