Contre le FN, Manuel Valls en «appelle au réveil des consciences»

le
4
Contre le FN, Manuel Valls en «appelle au réveil des consciences»
Contre le FN, Manuel Valls en «appelle au réveil des consciences»

A deux semaines du premier tour des élections départementales, Manuel Valls, est en campagne... contre le Front national. Conscient, pourtant, que trop avancer comme enjeu n°1 de ce scrutin la progression de Marine Le Pen vers l'Elysée, le Premier ministre n'hésite pas : «Je revendique la stigmatisation du Front national, il n'apporte aucune solution»,  lance-t-il avec fougue ce dimanche au Grand rendez-vous d'Europe 1, Le Monde et iTélé. 

Répondant à une question sur son sort à Matignon après les départementales, Manuel Valls botte en touche : «Ma mission va se poursuivre», puis précise : «Je n'ai pas peur pour moi. Moi je prends tous les risques, c'est normal, c'est ma mission. Mais j'ai peur pour mon pays, j'ai peur qu'il se fracasse contre le Front national».

 

Le FN, ennemi juré. «Mon angoisse, puis-je vous parler de mon angoisse pour notre pays? C'est un Front national à 30% au premier tour des élections départementales. Parce que son programme de sortie de l'euro, de la politique agricole commune, c'est la ruine pour les Français», estime-t-il. «J'en appelle à un réveil des consciences», tonne-t-il, perlant de sueur sous les projecteurs du studio. «J'en appelle à tous les électeurs, aux électeurs de gauche, à tous ceux qui sont sortis dans la rue le 11 Janvier, je leur dis Allez voter ! Votre amour de la patrie, de la démocratie, de la République, doit s'exprimer dans les urnes». 

A cette phrase, le vice-président du FN Louis Aliot a immédiatement réagi sur Twitter : D'après Valls "l'amour de la patrie doit s'exprimer dans les urnes". C'est exactement la définition du vote FN-RBM !-- Louis Aliot (@louis_aliot) 8 Mars 2015

A Nicolas Sarkozy qui avance, dans la campagne électorale, qu'un vote FN vaut un vote PS, Manuel Valls se raidit. « Quand la gauche s'est retrouvée éliminée en 2002, au premier tour de l'élection ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.