Contre la migraine, l'antidépresseur n'est pas miraculeux

le
0
Contre la migraine, l'antidépresseur n'est pas miraculeux
Contre la migraine, l'antidépresseur n'est pas miraculeux

Bien qu'elle soit une maladie bénigne, elle peut vous pourrir la vie ! Comment venir à bout de votre migraine quand les antalgiques classiques s'avèrent inefficaces ? Pas forcément avec des antidépresseurs. A ce jour, en effet, il n'existe que très peu de preuves scientifiques montrant qu'ils peuvent terrasser une céphalée tenace ou vous permettre d'en finir avec les nuits blanches, alerte une étude publiée dans la revue « The British Medical Journal » (BMJ). En se penchant sur plus de 102 000 ordonnances établies par 185 médecins de famille, entre 2003 et 2014, ces auteurs ont découvert que dans près d'un cas sur trois les antidépresseurs sont prescrits pour un tout autre motif que la dépression : la douleur, la migraine ou l'insomnie.

 

Or, seulement 16 % de ces prescriptions « hors indication » étaient étayées par des publications scientifiques, remarque l'étude. Les antidépresseurs seraient-ils utilisés à toutes les sauces, à tort et à travers ? « Pas sûr », rétorque Jenna Wong, épidémiologiste à l'université MCGill de Montréal (Canada), son auteur. « Les usages hors indications ne sont pas nécessairement fautifs. Il peut y avoir des données empiriques publiées, mais qui n'ont pas été encore prises en compte par les autorités médicales, explique-t-elle. Ou, alors, il peut s'agir d'une utilisation qui n'intéresse pas les laboratoires pharmaceutiques. Finalement, un médecin peut avoir entendu parler de cette utilisation par un collègue ou avoir constaté avec des patients qu'elle semblait fonctionner », poursuit-elle.

 

Bref, pour elle, il est urgent que l'on se penche sérieusement sur les bénéfices et les risques de ces prescriptions « hors pistes ». Car, en France aussi, la prescription de pilules du bonheur est assez fréquente en cas de migraine ou d'insomnie. Et pour Béatrice, 43 ans, cela a été même une bénédiction : « Pendant vingt ans, j'ai souffert de crises de migraine. C'était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant