Contre Hollande et le Medef, les communistes voient rouge et rient jaune

le
0
Capture d'écran du clip du PCF : un Hollande contrit cède aux exigences de l'horrible Pierre Gattaz.
Capture d'écran du clip du PCF : un Hollande contrit cède aux exigences de l'horrible Pierre Gattaz.

Du 1er au 5 décembre, le Medef lance une semaine de mobilisation pour dénoncer "30 années d'une politique qui a progressivement étouffé les entreprises de toute taille par une accumulation de charges, de contraintes, de taxes et de sanctions". En représailles, le PCF lance une semaine de "contre-actions", mais au-delà du Medef, sa cible est surtout François Hollande et sa politique pro-patronale.

Au-delà du tract, où un Gattaz au gros cigare se plaint d'une "souffrance insoutenable", au-delà des manifestations devant de grands groupes (grande distribution, banques, entreprises du CAC 40) "qui ont encaissé des millions du CICE sans la moindre contrepartie en termes d'emploi, d'augmentation des salaires, d'investissements", et des actions spectaculaires (il est ainsi proposé de "murer" l'entrée du Medef par des exemplaires du Code du travail), le PCF va mener campagne sur les réseaux sociaux, notamment en diffusant un clip qui détourne un standard de Bollywood, Deewaar (1975).

"Une dimension quasi situationniste"

On y voit un général juché sur un camion haranguer la foule : il prononce les mots demeurés célèbres du candidat socialiste au Bourget contre cet "ennemi [qui] n'a pas de nom, ne présentera jamais sa candidature et ne sera donc jamais élu, et pourtant [qui] gouverne : la finance". Puis, deux ans plus tard, le même prend en note servilement au siège du Medef les nouvelles exigences des patrons.

Selon Franck Mouly, en charge...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant