Contrats "Euro croissance" et "Vie génération" : succès limité

le
0

Les contrats d'assurance vie « Euro Croissance » et « Vie Génération » ont été lancés afin de soutenir les petites et moyennes entreprises. Mais après deux ans, le succès reste limité.

« Euro Croissance » et « Vie Génération »

Les deux nouveaux contrats d'assurance vie « Euro Croissance » et « Vie Génération » ont été lancés par le gouvernement en 2014. L'objectif de ces produits étant d'inciter les épargnants à investir dans les petites et moyennes entreprises françaises. Le contrat « Euro Croissance» associe un capital garanti et des unités de compte. Le titulaire du contrat voit son épargne bloquée durant quelques années, pendant lesquelles les fonds sont garantis. Le contrat « Vie Génération » est fondé sur des unités de compte, mais son capital n'est pas garanti. Néanmoins, une incitation fiscale a été prévue : le souscripteur bénéficie d'un abattement de 20% sur le calcul des droits lors de la transmission.

Deux ans après ?

Les premières estimations concernant ces nouveaux contrats ont été réalisées cette année, après deux ans d'existence. Selon la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), on comptait, fin 2015, 123 000 contrats « Euro Croissance » et 2 100 contrats « Vie Génération ». L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a indiqué que la collecte « Euro Croissance » pour 2015 s'élevait à 773 millions d'euros. Un résultat jugé décevant.

Produit de niche ?

Selon l'ACPR, les fonds « Euro Croissance » drainent chaque mois moins de 30 millions d'euros. Mais la FFSA souligne que ces deux contrats, et plus particulièrement le « Vie Génération », sont des « produits de niche ». Ils concernent principalement les épargnants dotés d'un patrimoine important et souhaitant le transmettre via l'assurance vie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant