Contrats d'assurance vie luxembourgeois : les bonnes affaires... et les embûches

le
0

L'apaisement de la crise de la dette dans la zone euro n'a pas modifié les décisions des investisseurs. Les établissements du Grand-Duché, qui comptent de nombreuses filiales de compagnies d'assurances françaises, continuent de voir affluer chaque année plusieurs milliards d'euros de cotisations. « La question de la sécurité des avoirs est toujours très présente chez nos clients », observe Philippe Gourdelier, cofondateur du cabinet en gestion de patrimoine Patrimea, spécialiste de ce type de produits. Les contrats luxembourgeois bénéficient en effet d'une sécurité spécifique contre le risque de faillite de la compagnie d'assurances.  Un "super privilège" met le souscripteur au rang de créancier prioritaire sur les actifs du contrat. En France, les assurés sont des créanciers simples qui passent après les créanciers privilé­giés que sont l'État, les organismes sociaux et les salariés. Deuxième avantage, au Luxem­bourg, les actifs sont enregistrés chez un dépositaire indépendant de la compagnie d'assurances, le tout approuvé par le Commissariat aux assu­rances (CAA), qui fait figure d'autorité de contrôle locale. En France, l'actif n'est pas isolé et fait partie du bilan de la compagnie d'assurances. L'épargnant français dispose certes d'une protection assurée par le Fonds de garantie des assurances de personnes (FGAP), mais son montant est plafonné à 70.000 euros par assuré,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant