Contrat de génération : Sapin veut lui donner un coup de pouce

le
5
Contrat de génération : Sapin veut lui donner un coup de pouce
Contrat de génération : Sapin veut lui donner un coup de pouce

Le contrat de génération est loin de produire les effets escomptés sur l'emploi. Idée phare de François Hollande lors de la campagne présidentielle, il permet aux entreprises de bénéficier d'une baisse des charges avec une aide annuelle de 4 000 euros, contre l'embauche d'un jeune en CDI et le maintien d'un sénior. Alors que l'objectif initial était de permettre le recrutement de 75 000 jeunes, seulement 17 000 contrats de génération ont été conclus dans les PME. Pire, les entreprises de taille moyenne de 50 à 300 salariés, boudent carrément le dispositif. Seules 650 demandes ont été enregistrées par l'administration, sur un total de 25 000 entreprises.

«Ce bilan est insuffisant, faute d'accord de branche permettant le développement des contrats de génération dans ces sociétés», estime-t-on au ministère du Travail. Mais le tableau n'est pas plus brillant dans les grandes entreprises. Si 37 des grands groupes du CAC 40 ont signé des contrats d'objectif, les négociations n'avancent pas pour les autres. Alors que tout devait être bouclé en septembre, seulement un millier de sociétés sur 4 500 a signé un accord. En outre, seule une quarantaine de branches professionnelles sur 750 ont à ce jour conclu un accord.

Les chefs d'entreprise se défendent en affirmant que le dispositif est trop complexe à mettre en oeuvre. «Ce contrat de génération est typiquement une fausse bonne idée. Il suppose qu'un jeune peut remplacer à terme un senior poste à poste. C'est rarement le cas dans la vraie vie», a lancé Jean-Michel Pottier, président de la commission formation de la CGPME (petites entreprises).

Adapter la loi ou sanctionner les entreprises ? 

Face à cela, Michel Sapin devrait recevoir en janvier les partenaires sociaux «pour voir s'il y a des évolutions, des modifications à apporter».  «Dès la conférence sociale de juin, le caractère encore insuffisant du nombre des accords de branches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq le mardi 7 jan 2014 à 09:49

    et encore une photo prise dans un atelier capharnaum. c'est la formation de bricoleurs rien de plus ...

  • steimbcs le mardi 7 jan 2014 à 09:05

    Les idées phares du président crétin ne sont au mieux que de pauvres petites bougies.Quatre mille euros quand on connait le cout d'intégration d'un salarié (temps d'intégration et d'accompagnement, espace pris dans les locaus, équipements alloués,...) et surtout le cout des charges que l'état prend, cela movite beaucoup, euh, en fait c'est ridicule. On voit bien que enarques à la mords moi le .... sont des incompétents...

  • dupon666 le mardi 7 jan 2014 à 09:05

    moi c'est un coup de pompe que j'ai envie de donner

  • petirabo le mardi 7 jan 2014 à 09:02

    une idée d'enarque,C la le gros probléme de la classe politique francaise à tous les niveaux.deconnexion avec le monde reel..

  • pleprise le mardi 7 jan 2014 à 09:01

    La bonne idée des blaireaux qui n'ont jamais mis un pied dans une entreprise DEHORS !!!