Consultez le patrimoine de votre député en préfecture

le , mis à jour à 07:57
8
Consultez le patrimoine de votre député en préfecture
Consultez le patrimoine de votre député en préfecture

Vous souhaitez savoir ce que possède le président de l'Assemblée nationale, le député ou le sénateur de votre circonscription ? Pas de souci : depuis hier, tout citoyen inscrit sur les listes électorales peut consulter, dans l'une des 106 préfectures de France, la déclaration de patrimoine des élus de son département. Ces documents recensent non seulement les biens immobiliers, voitures, actions, sociétés, assurances vie, comptes bancaires de cette personnalité publique, mais aussi ses emprunts et autres dettes en cours. Au total, 573 députés et 162 sénateurs sont concernés, c'est-à-dire ceux ayant recueilli les suffrages des électeurs avant 2014 — les déclarations des autres élus sont en cours de vérification.

Un vrai progrès, donc, pour notre démocratie, puisque cette transparence accrue permettra de pousser un parlementaire ayant eu tendance à minorer ses richesses à rectifier le tir, mais aussi à vérifier qu'il ne s'est pas démesurément enrichi en l'espace d'une législature.

Alors que « le soupçon permanent est le poison de notre démocratie [...], loin d'alimenter le voyeurisme — nous avons le précédent des ministres* —, je conçois notre travail comme un antidote de ce soupçon », soulignait, hier, le président de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), Jean-Louis Nadal. Et de rappeler que 97 % des déclarations de patrimoine des parlementaires n'ont « pas posé de problème majeur : seulement six ont été transmises à la justice et moins d'une vingtaine ont nécessité que la Haute Autorité en explicite le contenu par une observation », précise l'ancien haut magistrat. Les six cas sont ceux des députés les Républicains Bernard Brochand, Lucien Degauchy, Patrick Balkany, Josette Pons et du député MoDem Thierry Robert, ainsi que du sénateur LR et industriel Serge Dassault (lire nos révélations du 18 mars 2015), pour lesquels la justice a ouvert des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le mardi 14 juil 2015 à 09:54

    Et bizarrement, aucun n'a d'actions en bourse, ils prefeent tout mettre dans l'immobilier...

  • frk987 le mardi 14 juil 2015 à 09:27

    N'oublions pas non plus FH à la limite de l'ISF il y a 3 ans, depuis 3 ans tout est gratuit, absolument TOUT, donc il excède le seuil, paye-t-il de l'ISF ??? Toujours pas, que fait-il de ses indemnités nettes d'impôts.....Il doit les donner à la Grèce probablement !!!!

  • titresyl le mardi 14 juil 2015 à 09:26

    ils ont tous oubliés les SCI immobilières au nom de leurs femmes, maîtresses, ou enfants et les comptes en banques à l'étranger ....

  • frk987 le mardi 14 juil 2015 à 09:24

    Non t_n_t c'est seulement une incitation au mensonge, je ne citerais pas un ex premier ministre déclarant quelques épaves dans son garage....on bien une autre ministre déclarant une motobylette, c'est se moquer ouvertement du peuple qui les fait vivre.

  • t_n_t le mardi 14 juil 2015 à 09:05

    ça va dans le bon sens , c'est beaucoup mieux que rien !

  • frk987 le mardi 14 juil 2015 à 08:53

    Vu leurs indemnités, tout le monde se doute bien que TOUS sans exception aucune devraient être soumis à l'ISF, combien le paye....quasiment aucun...cherchez l'erreur. Plutôt que de publier ce genre de niaiseries (il n'y a pas d'autres termes) il aurait mieux valu ne rien faire.

  • t_n_t le mardi 14 juil 2015 à 08:40

    il y aura toujours des zones noires par l’intermédiaire des prête nom

  • frk987 le mardi 14 juil 2015 à 08:17

    Par contre le patrimoine du conjoint ce sera pour plus tard !!!!