Consultant et élu, une pratique légale mais mal encadrée

le
0
Si la participation à des conférences rémunérées n'a rien d'illégal, la prochaine loi sur la transparence de la vie politique devrait permettre de connaître les montants perçus par les parlementaires.

On ne connaît ni leur nombre, ni le prix de leur prestation. Plusieurs députés se livrent à des activités de conseil en marge de leur mandat. Dernier exemple en date: Jean-François Copé. Le patron de l'UMP et député de Seine-et-Marne a participé le 23 juillet au «Forum Forbes Afrique 2013» au Congo. Selon Le Journal du dimanche , sa rémunération s'élève à près de 30.000 euros, ce que conteste l'entourage de l'intéressé. François Fillon n'est pas en reste. Il a même fondé sa propre société de consulting, 2F Conseil. La pratique a même un nom: «faire des ménages». Soixante députés pratiquent le consulting en sus de leur mandat, estimait en novembre 2011 un rapport de la commission des lois.

Légalement, rien ne leur interdit d'exercer une autre activit...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant