Construction : obligation de recourir à un architecte à partir de 150m²

le
5

Toute construction (publique ou privée) dont la surface excède 150 mètres carrés devra être réalisée par un architecte, selon un texte défendu par Fleur Pellerin et voté par les députés.

Mention obligatoire du nom de l’architecte sur tout bâtiment construit, recours à un tel professionnel pour les surfaces supérieures à 150 m2: les députés ont voté jeudi en commission une série d’amendements au projet de loi sur la création, avant son examen dans l’hémicycle le 28 septembre. Ce texte défendu par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, qui concerne également le spectacle vivant, la musique ou encore la littérature, a été adopté jeudi soir par la commission des Affaires culturelles, à l’issue de deux journées d’examen qui ont permis l’adoption de 155 amendements.

Parmi les derniers, un amendement du rapporteur Patrick Bloche (PS), qui a été soutenu par le gouvernement et la droite, a prévu d’abaisser le seuil à partir duquel un particulier doit recourir aux services d’un architecte: il passera de 170 à 150 m2 de surface de plancher de la construction concernée. Un amendement du gouvernement a par ailleurs prévu la mention obligatoire du nom de l’architecte sur tout bâtiment construit, dans le but de «valoriser l’intervention de l’architecte et son rôle dans l’acte de construire, et accroître les connaissances en matière d’architecture du grand public», précise son exposé des motifs. Cela renforcera aussi «l’exercice du droit moral de l’architecte et de ses ayants droit».

une exception à la loi sur la transition énergétique

La date d’achèvement de l’ouvrage sera également apposée sur l’une de ses façades extérieures, a fait préciser le rapporteur. Un autre amendement a posé le principe du concours d’architecture pour les projets d’importance, publics ou privés. Un amendement de M. Bloche introduisant une exception à la loi sur la transition énergétique, en permettant de déroger aux règles relatives à l’isolation énergétique extérieure en ce qui concerne les immeubles protégés au titre du Code du patrimoine, a été adopté contre l’avis du gouvernement.

Enfin, concernant l’Institut français, qui a pour mission de concourir à la politique culturelle extérieure de la France, un amendement de Mme Pellerin a prévu une tutelle conjointe du ministre des Affaires étrangères et du ministre de la Culture, et non comme actuellement du seul premier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2273837 le vendredi 18 sept 2015 à 12:00

    Les architectes manquent de travail?Une façon comme une autre de faire payer les français, merci les socialistes.

  • matt62 le vendredi 18 sept 2015 à 10:54

    encore une magouille pour une profession bien payée

  • sidelcr le vendredi 18 sept 2015 à 09:44

    Vaste magouille une nouvelle fois !

  • M1765517 le vendredi 18 sept 2015 à 09:42

    et moi qui croyait aux chocs de simplification ! (notaire taxi etc............) !

  • sidelcr le vendredi 18 sept 2015 à 09:41

    Encore des contraintes & après ils s'étonnent que les français ne veuillent pas dépenser . Un architecte ça signifie une augmentation de 15 à 20 % ..Ne pas oublier qu'il prend aussi sa comm auprès des artisans employés & que tout cela se répercute sur le client .