Constat d'échec pour la politique de la ville

le
0
Un rapport de la Cour des comptes pointe du doigt la gestion chaotique de la rénovation urbaine ces dix dernières années. Cette dernière n'a pas permis de réduire les inégalités dans les quartiers sensibles.

La Cour des comptes vient de rendre un rapport établissant un constat sévère sur la politique de la ville de ces dix dernières années. Le Programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé en 2003 par Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Cohésion sociale, n'a «pas atteint ses objectifs» selon l'institution. Les disparités socio-économiques entre les zones urbaines sensibles et le reste de l'habitat français sont ainsi restées stables, quand elles ne se sont pas renforcées.

Le constat: les inégalités demeurent

En dépit de dix années d'interventionnisme, et de 42 milliards d'euros débloqués par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine pour réhabiliter ou reconstruire les quartiers, les inégalités sont persistantes entre les 751 zones urbaines sensibles (ZUS) et le reste du pays. Le taux de chômage des 15-59 ans est ainsi de 20,9% dans les ZUS, contre 10,3% au niveau national. Cet écart, du simple au double, «est le plus important enregistré depuis

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant