Consommer bio et pas cher, c'est possible

le , mis à jour à 13:35
1
Consommer bio et pas cher, c'est possible
Consommer bio et pas cher, c'est possible

Les produits bio seraient des denrées réservées aux portefeuilles bien garnis ? C'est ce que nous avons voulu vérifier alors que se tiennent aujourd'hui à Paris les 9es Assises nationales de la bio. A cet effet, nous avons relevé les prix dans plusieurs boutiques parisienne : une enseigne spécialisée (Bio c' Bon), un supermarché classique (Carrefour City) et chez des petits commerçants.

 

Première constat : il n'est pas toujours facile de trouver des produits comparables. A force de nous voir arpenter les rayons, les vigiles de Carrefour ont même fini par nous surnommer le FBI. Les paquets de yaourts nature de l'enseigne ne sont, par exemple, vendus que par lot de huit dans ce magasin du XIXe arrondissement de Paris, alors qu'on ne trouve les Velouté de Danone ou les Tante Hélène commercialisés par Bio c' Bon que par quatre.

 

Il a donc ensuite fallu faire un petit calcul. Résultat de nos emplettes : les quatre produits de marque distributeurs frappés du label AB (Agriculture biologique) que nous avons choisis reviennent moins cher que ceux des grandes marques. Ils sont en revanche plus onéreux que les premiers prix en conventionnel. Avec cette même liste de courses, la note est, en revanche, plus salée dans la boutique spécialisée Bio c' Bon. « Les tarifs abordables des marques distributeurs bio, que ce soit Carrefour, Hyper U ou Leclerc, ne se font pas au détriment des agriculteurs, se félicite Stéphanie Pageot, présidente de la Fnab, la Fédération nationale d'agriculture biologique des régions de France qui regroupe les producteurs bio. Pour surfer sur ce marché à forte croissance, les géants acceptent de jouer sur leurs marges. »

 

En effet, « sur le terrain, produire bio revient forcément plus cher, explique Florent Sebban, maraîcher bio à Pussay (Essonne). Quand les agriculteurs conventionnels aspergent leurs champs de carottes de Roundup, nous, nous devons passer et repasser pour arracher les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a 8 mois

    dans ce cas, ce n'est pas bio. Le bio suppose le bien être animal et la juste rémunération du paysan comme de l’ouvrier des usines agroalimentaires