Consommation : le burger, star au pays du jambon beurre

le
1
Consommation : le burger, star au pays du jambon beurre
Consommation : le burger, star au pays du jambon beurre

Au pays du jambon-beurre, il se vend désormais en France un burger pour deux sandwichs ! Les ventes de ce pain rond et moelleux, garni de viande, longtemps associé à la malbouffe, explosent lors des déjeuners ou le soir. Le burger se vend partout, sur toutes les tables, du fast-food à la table étoilée.

«McDonald's et Quick sont ceux qui vendent le plus de burgers en France mais l'engouement pour ce produit tient surtout au fait que les restaurants traditionnels s'en sont emparés et le consommateur souhaite manger son burger à table», a expliqué mercredi matin Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil, lors du salon Sandwich and snack show, qui se tient à Paris porte de Versailles jusqu'à jeudi soir. Selon lui, «75% des restaurants traditionnels français (110.000 au total) proposent au moins un hamburger à leur carte» et «on enregistre une hausse de 40% de ses ventes en deux ans», affirme-t-il.

Le burger devant l'entrecôte et le poisson

Et ce n'est pas tout. «Pour un tiers des restaurateurs ayant le burger à la carte, il est devenu le leader de la gamme de plat, devant l'entrecôte, les grillades ou les poissons», souligne Bernard Boutboul. Pour la première fois, le cabinet Gira conseil a quantifié les volumes de burgers vendus en France. Les chiffres sont impressionnants: en 2000, on comptait un burger vendu pour 9 sandwichs; en 2007, 1 pour 7 et en 2013, 1 pour 2.

Les burgers ont ainsi atteint les 970 millions d'unités vendues en 2013. Cette même année, le marché du sandwich en France a été en croissance, en volume et en valeur, avec 2,14 milliards d'unités consommées et un chiffre d'affaires de 7,27 milliards d'euros.

Le sandwich jambon-beurre ne disparait pas pour autant. Il y représente 58% des sandwichs consommés, mais perd significativement des parts de marché (-5,39% depuis 2012). Le cabinet Gira explique cette perte de vitesse par une concurrence directe et indirecte de plus en plus importante. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le mercredi 5 fév 2014 à 18:00

    Au pays de la bonne bouffe ... affligeant. M'enfin si le jambon-beurre était de qualité partout les gens n'auraient pas cédé à l'appel de la malbouffe. Franchement un bon jambon-beurre avec un demi quel pied, rien à voir avec un McDo soda.