Consommation : la revanche des légumes moches

le
0
Consommation : la revanche des légumes moches
Consommation : la revanche des légumes moches

À bas les diktats de la beauté au rayon primeurs ! Depuis lundi, dans un magasin Auchan de Vélizy (Yvelines) et, à partir de la semaine prochaine, dans 17 Monoprix à travers la France, de plus en plus d'enseignes n'hésitent plus à proposer à leurs clients des fruits et légumes trop gros ou trop petits, aux couleurs moins vives ou aux formes biscornues, regroupées sous l'étiquette : Quoi ma gueule ?

Aviez-vous remarqué que l'on ne croisait plus jamais de carotte double sur nos étals ou d'aubergine avec une excroissance  ? Certains légumes sont mis sur la touche parce qu'on imagine qu'ils ne seront pas achetés. Résultat, entre 10 et 30 % des produits, selon les variétés, n'arrivent jamais dans l'assiette des clients. Une petite partie seulement de ces laissés-pour-compte est impropre à la consommation.

« C'est surtout la normalisation excessive qui crée ces énormes pertes », explique Nicolas Chaballe, cocréateur du label Quoi ma gueule ? Pour preuve, il raconte sa visite chez un producteur de cerises : des kilos de délicieux fruits tapissaient le sol parce que l'agriculteur avait préféré les retirer de ses cageots plutôt que de risquer de les faire passer dans une catégorie inférieure. Ce gaspillage pèse aussi sur le porte-monnaie des consommateurs. Car pour chaque pomme achetée, il faut payer toutes ses soeurs passées à la trappe car tachetées ou pas assez rondes.

A Auchan Vélizy et chez Monoprix, ce sont des fraises un peu trop grosses par rapport aux standards, avec une tendance à prendre la forme d'un éventail, qui lancent l'opération. A suivre, des abricots rosés de Provence, pâlichons, parfois tordus, mais très savoureux.

Pour les cerises, par exemple, la variété sélectionnée donne 60 % de fruits calibrés, pour 20 % trop gros et 20 % trop petits. Le label Quoi ma gueule propose de les vendre toutes en « brut de cueille », sans les trier. Les producteurs vendent leurs produits moins chers, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant