Consommation : la libéralisation du marché des lunettes en question

le
7
Consommation : la libéralisation du marché des lunettes en question
Consommation : la libéralisation du marché des lunettes en question

Le projet de loi sur la consommation présenté par Benoît Hamon à l'assemblée ce lundi soir et surtout la disposition qui prévoit notamment une plus grande ouverture à la vente de produits d'optiques sur internet risque de faire des vagues si elle était votée. Les opticiens estiment en effet que cette mesure qui a pour but de favoriser la baisse des prix dans l'optique sera surtout très délétère pour l'emploi.

En France pour une paire de lunettes, il faut débourser en moyenne 470 euros, soit deux fois plus que nos voisins européens selon France Info. Mais la situation pourrait bien changer si les députés votent ce lundi soir la libéralisation du marché des lunettes contenue dans le projet de loi sur la consommation. Le ministre Benoît Hamon, qui pilote le projet, estime en effet d'ores et déjà que cette disposition, introduite dans le texte par le Sénat, rapporterait environ un milliard d'euros de pouvoir d'achat, faisant baisser les prix de 30 à 40%. Mais cette mesure qui favorise les consommateurs n'est pas pour plaire aux opticiens qui, selon une étude de l'UFC-Que Choisir du printemps dernier se feraient des marges allant jusqu'à 70% du prix de vente d'une paire de lunettes.

L'optique relève de la santé oculaire disent les opticiens

Or les chiffes avancés par Benoît Hamon sont contestés par les opticiens. Selon Krys Group par exemple, ce gain n'est pas du tout assuré dans la mesure où dans les autres pays ayant fait l'objet d'une libéralisation de la vente de produits optiques, comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne, internet ne représente que 3% du marché de l'optique. Selon les opticiens, la raison de cette relative atrophie de la vente en ligne de produits d'optique, réside dans le fait que prix bas ou pas, les clients du marché de l'optique sont avant tout désireux de conseils, de services de réglages des montures, etc., qui nécessitent le passage en boutiques spécialisée et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 16 déc 2013 à 12:16

    Il faut éliminer les chasses garder.

  • gentilh4 le lundi 16 déc 2013 à 11:54

    Je ne vois pas pourquoi Internet serait plus intéressant en Allemagne que pour la vente de lunettes en magasin. Puisqu'au départ, les prix, notamment pour les montures, sont inférieurs de 30 à 40% à ceux constatés en France.

  • sidelcr le lundi 16 déc 2013 à 11:49

    Il est bien temps de stopper ce racket sur les lunettes !!!

  • ostrevan le lundi 16 déc 2013 à 11:49

    après les opticien, faites un passage chez les notaires, puis etc etc etc, mais pour s'en sortir, il faut aussi interdire les marques, qui n'ont de rôle que de faire monter les prix en exploitant la bêtise humaine car elles permettent de mettre au moins 2 zéros aux prix de vente etc etc indignez-vous !

  • illuss le lundi 16 déc 2013 à 11:37

    On pourrait même se poser la question de savoir pourquoi nous avons des problèmes de vue ?Peut-être que ce serait une meilleure démarche que de prévenir plutôt que guérir. Messieurs du CNRS : à vos recherches !

  • illuss le lundi 16 déc 2013 à 11:35

    Bien, un peu de bon sens

  • gouraudp le lundi 16 déc 2013 à 11:07

    La première question de l'opticien, vous avez combien de mutuelle....