« Consolidations » par Eric Galiègue (Cercle des analystes indépendants)

le
1

Sur les marchés actions, la consolidation est particulièrement nette.
Sur les marchés actions, la consolidation est particulièrement nette.

La phase corrective récente résonne comme un coup de semonce adressé aux investisseurs estime Eric Galiègue, président du bureau de recherche Valquant et membre du Cercle des analystes indépendants.

Le mois d’avril est marqué par une consolidation qui ne remet absolument pas en cause les tendances en œuvre depuis une année. Pourtant, nous  considérons que la phase corrective qui a débuté symboliquement à l’annonce d’une croissance américaine au premier trimestre, très inférieure aux anticipations, raisonne comme un coup de semonce adressé aux investisseurs. 

Sur les marchés d’actions, la consolidation est particulièrement nette. Les indices qui ont le plus monté depuis un an sont ceux qui ont le plus baissé depuis quelques jours. Le cas des pays développés est évident : consolidation baissière pour le DAX ou le Nasdaq, qui avaient beaucoup monté depuis un an…

La consolidation est haussière pour les indices émergents, qui avaient le plus baissé depuis un an : Russie et Brésil, notamment.

Sur les marchés de taux, il semble bien que le niveau de taux est en trait de rebondir, après avoir atteint un niveau proche de zéro en Allemagne (pour le 10 ans), et de 1,5 % aux USA.  Il s’agit dans un premier temps d’un phénomène de consolidation, de respiration d’un marché qui en avait bien besoin…

Sur le marché des changes, le rebond de la parité de l’€ vs $ est aussi caractéristique d’une consolidation. La poussée inverse à la tendance majeure de l’année écoulée, pourrait propulser notre monnaie jusque 1,2 $, sans remettre en cause la tendance baissière. Elle se définit par un cours « spot » inférieur à la moyenne mobile un an, elle-même en baisse…

Sur les marchés de matières premières, le rebond du cours du pétrole est aussi opposé à la tendance qui a marqué le marché de l’or noir depuis 1 an. Le retour vers 65 $ constitue une hausse de 50 % sur les plus bas, mais la baisse a été tellement rapide que la moyenne mobile un an reste supérieure à 80 $ : c’est un objectif imaginable, toujours dans l’hypothèse d’une consolidation…

La phase corrective actuelle est saine en ce sens qu’elle rappelle aux investisseurs que le marché peut réagir différemment aux mêmes nouvelles. La baisse du cours des actions américaines à l’annonce d’une croissance de 0,2 % seulement du PIB américain au premier trimestre, est un phénomène nouveau. Il y a quelques temps, cette mauvaise nouvelle sur le front de la conjoncture économique aurait ragaillardi les investisseurs. La déception économique aurait été surcompensée par l’espoir de nouvelles mensure de politique monétaire… Selon nous, l’essentiel est bien la croissance économique. Si au terme des multiples mesures monétaires initiées dans le monde anglo-saxon, relayées tardivement pas la BCE, et peut être, bientôt, par la Banque centrale chinoise, la croissance ne se redresse pas, les investisseurs seront face à un « trou noir » économico-financier. Nous ne pensons que ce moment est venu, et nous relevons nos allocations. Elles demeurent néanmoins toujours à la sous pondération des actions européennes, tant que les cours n’auront pas corrigé plus significativement, ce que nous anticipons à court terme.

Eric Galiègue

Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d’analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dechany2 le lundi 11 mai 2015 à 09:18

    Première phrase: "la phase corrective récente RAISONNE "!!! Elle ne raisonne pas. Elle Résonne.