Conso malin: je donne une nouvelle vie à mes vestes ou sacs en cuir pour 10 à 150 euros

le
0

REPORTAGE VIDÉO - De jeunes artisans se proposent de remettre à neuf ou au goût du jour toutes les pièces en cuir à des prix attractifs. Une solution anticrise: faire revivre des objets parfois oubliés dans nos armoires plutôt que d'en racheter.

Vous avez une veste en cuir un brin démodée, un sac vintage taché ou des chaussures dans votre armoire? Vous allez pouvoir les ressortir, grâce à des artisans qui se proposent de remettre à neuf ou au goût du jour toutes les pièces en cuir. De la chaussure à la ceinture, en passant par la petite maroquinerie, sacs, bagages, manteaux ou encore des fauteuils, les ateliers travaillant le cuir ont chacun leur spécialité, comme l'Atelier général des textiles et du cuir à Béziers, dans l'Hérault, qui se concentre sur les «assises» en tout genre. Idem pour l'Atelier du cuir Atlantique, près de la Roche-sur-Yon. Spécialisé à l'origine dans le matériel d'équitation, l'Atelier de Patrice, près de Montélimar, a fait le choix de se diversifier.

À Paris, Renaissance Cuir a fait un pari anticrise. «Nous proposons à nos clients de réparer ou rénover leurs pièces plutôt que de les jeter et d'en racheter», explique Christophe Pero, cofondateur de cet atelier situé dans le 2e arrondissement de la capitale. Face à une table en tréteau, il bichonne une paire de baskets qu'il va relooker pour un client qui vit aux États-Unis. L'artisan cite l'exemple du sac «24 Heures», l'icône de la maison Gérard Darel, commercialisé à partir de 295 euros, alors que «le rénover coûte entre 80 et 150 euros maximum, s'il faut le colorer entièrement».

Nous lui avons confié un sac à main de la marque américaine Lucky Brand, dont la gamme de créations se situe autour de 200 euros. Couleur passée par endroits, taches sans doute dues à une projection d'eau de javel ou d'un autre produit du genre, le défi n'était pas évident. D'autant que la couleur de ce sac vintage est plutôt rare. Verdict: 10 jours plus tard et pour 120 euros, nous avons retrouvé notre sac comme neuf. Seule différence, les coutures qui étaient apparentes ont dû être teintes. Le tout reste néanmoins harmonieux. «Le plus difficile a été de retrouver la même teinte de vert», explique Sébastien Monier, l'autre cofondateur de l'atelier. «On l'a nettoyé, décapé pour enlever un maximum de couleur, on l'a reteint, on l'a nourri et on l'a imperméabilisé», précise-t-il.

«Luxe accessible»

Concrètement, Renaissance Cuir réalise toute une palette de soins (nettoyage de la peausserie, retente du pli de marche pour des chaussures, application d'une crème nourrissante, cirage, lustrage, teinte ou glaçage) pour des tarifs allant de 10 à 150 euros. «Nous sommes parfois amenés à remettre la pièce totalement à neuf, en cas de dégâts sur la peau, comme des griffures, cloques d'eau ou taches sur la peau», précise Sébastien Monier. Comme cela a été le cas pour notre sac vert. Les deux artisans proposent aussi de personnaliser chaussures, sacs ou manteaux, à l'aide de pochoirs ou en les gravant. «On nous a demandé, par exemple, de graver une date de mariage sur des souliers, ou d'imprimer la photo des enfants sur une pochette d'iPad, ou encore de décorer le dos d'un blouson en cuir», raconte l'artisan. «Nous avons même réparé des sièges de piano.»

Le savoir-faire des deux artisans a attiré l'œil de marques prestigieuses, qui scellent régulièrement des partenariats avec Renaissance Cuir. C'est le cas notamment de la maison Agnelle, un gantier français qui créé des pièces haut de gamme depuis 1937 et fournit les grands noms de la haute couture comme Chanel ou Dior. D'autres partenaires ont été séduits, comme Louis Vuitton, le créateur de souliers haut de gamme Emling ou encore de la maison Faubourg Saint Sulpice, qui imagine des vêtements sur-mesure. «Aujourd'hui nous réalisons un tiers de notre chiffre d'affaires avec les particuliers et deux tiers avec les professionnels», détaille Christophe Pero, qui assure toutefois: «Nous ne délaisserons pas les particuliers parce que nous sommes avant tout des commerçants, et nous sommes très attachés à ce service qui consiste à rendre le luxe accessible.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant