Consigny - Départementales : les quatre leçons du scrutin

le
0
Les bons résultats de l'UMP sont à mettre au crédit de Nicolas Sarkozy.
Les bons résultats de l'UMP sont à mettre au crédit de Nicolas Sarkozy.

La France est sereinePolitiquement, le pays ne va pas si mal. Tant pis pour ceux qui rêvaient de révolution, qui prédisaient ou espéraient un soulèvement populaire contre Paris ou Bruxelles, c'est la droite modérée qui est en tête des dernières élections. La bonne vieille droite, la droite patrimoniale et libérale, alliée au centre, sans excès, mais sûre d'elle-même. Celle des notaires, des petits patrons et des cadres, de la France bourgeoise et laborieuse. Et la participation n'est pas si mauvaise, un peu plus de la moitié des électeurs ayant voté. Il semble donc que, d'un certain point de vue, la France soit plus sereine qu'on le craignait.Le pays ne penche pas forcément à droiteIl ne serait toutefois pas judicieux d'additionner les scores de l'UMP et du Front national pour en conclure que le pays penche à droite, car le Front national d'aujourd'hui est un parti ouvrier. On peut considérer qu'il est d'extrême droite par bien des aspects (vision manichéenne des problèmes, obsession des étrangers, nationalisme, populisme systématique jusqu'à la caricature), mais il occupe aussi la place, en France, de Podemos en Espagne ou de Syriza en Grèce, c'est-à-dire celle de la contestation globale du "système" pris dans son ensemble, aussi bien politique qu'économique, social et culturel. Le vote FN n'est pas celui de gens qui seraient "encore plus à droite" que les électeurs de l'UMP : il est celui de ceux qui veulent tout mettre par terre en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant