Conseils, prix : l'UFC-Que choisir épingle les pharmaciens

le
4
Une officine sur deux ne signalerait pas l'incompatibilité de deux médicaments sans ordonnance, selon l'association de consommateurs.

L'enquête menée par l'UFC-Que choisir dans 648 offi­cines risque de faire tousser. Selon l'association de consommateurs, face à une personne sur le point d'acheter une boîte d'aspirine et une autre d'ibuprofène, seules 52 % des officines ont signalé spontanément le risque d'interaction entre ces deux molécules (susceptible de provoquer par exemple un ulcère), 10 % évoquant ce risque uniquement après une question du patient. Les autres pharmacies n'ont «pas rempli leur devoir de conseil», une «défaillance déplo­rable pour des professionnels de santé», regrette Daniel Bideau, administrateur de l'UFC.

Autre critique: des écarts allant de 1 à 4 sur le prix de ces spécialités d'automédication. Une boîte d'aspirine Upsa vitamine C achetée 1,30 euro à Carcassonne a ainsi été facturée 4,95 euros à Orléans (il s'agit des deux extrêmes relevés). Elle passe de 1,95 euro à 3,15 euros entre deux officines de la même rue, à Paris. En outre, la mention «le prix des médicaments non remboursables est libre», obligatoire depuis 2003 et censée inciter à comparer les prix, est absente dans neuf pharmacies sur dix.

L'UFC dénonce le manque de concurrence. Elle prône un encadré mentionnant les principaux risques d'interaction, directement sur les boîtes de médicaments sans ordonnance, et l'interdiction de la publicité hors du lieu de vente. Et surtout, elle demande leur vente en parapharmacie et en grande surface, sous la surveillance d'un pharmacien diplômé. Le pire des chiffons rouges à agiter pour la profession.

«Je ne sous-estime pas le pro­blème, assure Philippe Gaertner, président du syndicat de pharmaciens FSPF, majoritaire. Sans que cela n'excuse rien, je peux l'expliquer par la routine: le plus souvent, quand on prévient qu'il ne faut pas utiliser ibuprofène et aspirine en même temps, les gens lèvent les yeux au ciel et expliquent qu'ils savent et que la deuxième boîte n'est pas pour eux. Mais il faut répéter sans arrêt à nos salariés que le conseil doit être systématique.» Son homologue de l'USPO, Gilles Bonnefond, souligne de son côté que «40 % des personnes entrant dans une pharmacie pour un conseil, sans ordonnance, en ressortent sans médicament».

En pleine négociation avec l'Assurance-maladie

S'agissant des prix, ce dernier observe qu'«il y a quelque temps, après le rapport Attali, c'était l'obsession médiatique. On a poussé les pharmaciens à y accorder la priorité, à faire des produits d'appel, et aujourd'hui on leur reproche de pousser à la vente». Philippe Gaert­ner ajoute qu'à «1,30 euro, la boîte d'Upsa est moins chère que mon prix fournisseur: il faut de gros volumes pour obtenir de tels prix des labos».

Signe que la profession s'interroge néanmoins sur sa façon d'exercer, elle termine ce mercredi une négociation avec l'Assurance-maladie. Même si les discussions portent cette fois sur les médicaments remboursables, l'un des buts est que la rémunération des pharmaciens ne dépende plus exclusivement de la quantité de boîtes vendues, mais aussi des efforts de conseil, de prévention et de suivi des malades chroniques.

Le dossier de l'UFC n'en dit pas un mot. Son président, Alain Bazot, admet qu'«il serait légitime qu'un professionnel avec une telle formation médicale sorte de cette ornière - mon revenu, c'est ce que j'arrive à vendre. Si on arrive à valoriser cette formation, on voit ça d'un très bon ½il».

LIRE AUSSI:

» Révolution pour les revenus des pharmaciens

» Les pharmacies en plein malaise

» Payer moins cher ses médicaments sans ordonnance (avec Le Particulier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mathe126 le mercredi 28 mar 2012 à 14:01

    psdi . pour info le marché de la parapharmacie est ouvert a la concurrence depuis une vingtaine d années et s il ne se développe pas beaucoup,c est qu il n est pas suffisamment rentable pour la gms.

  • psdi le mercredi 28 mar 2012 à 11:30

    UFC que choisir a quand même raison. Il y a moyen pour le peuple de retrouver un peu de pouvoir d'achat, il n'y a qu'à ouvrir la concurrence. Il n'y aucune mais bien aucune raison que la parapharmacie ne soit pas ouverte à la concurrence quand on voit les variations de cout entre les produits. Et ceci est d'autant plus vrai que l'enquête montre l'absence de conseil dans une majorité de cas

  • mathe126 le mercredi 28 mar 2012 à 09:28

    UFC que choisir est le bras armé de la grande distribution. cette étude n est pas anodine,elle vise simplement a discréditer une profession afin que la GMS (bien connu pour la qualité de son conseil) récupère la vente des medicaments sans ordonnance qui reste la seule parti rentable de la pharmacie.

  • M2971809 le mercredi 28 mar 2012 à 06:43

    La valse des étiquettes,encore pire avec l'euro