Conseils pour négocier un emprunt immobilier

le , mis à jour le
0

Une fois trouvé le bien immobilier qui vous fait envie, il vous faudra alors trouver l'emprunt le plus adapté à vos besoins. Or, nombre de futurs propriétaires l'ignorent, mais vous pouvez négocier les conditions de votre prêt, en particulier si vous disposez d'un apport suffisant.

Négocier un emprunt immobilier
Négocier un emprunt immobilier

Quels points peuvent être négociés pour votre emprunt ?

Durant la négociation, l'objectif est en réalité de définir les clauses que vous souhaitez conserver, et à l'inverse, celles auxquelles vous choisissez de renoncer. Ainsi, parmi les éléments incontournables, il y a :

  • Le taux de l'emprunt ;
  • Le montant des mensualités et la durée de l'emprunt ;
  • Les garanties et assurances de l'emprunteur.


En fonction de vos choix personnels, vous pouvez par exemple chercher à contracter un prêt sur une durée plus longue, mais aux mensualités moins élevées. Mais d'autres clauses, moins connues, font aussi partie du crédit. L'une d'elles stipule que l'emprunteur doit payer des indemnités dans le cas d'un remboursement anticipé. Si vous pensez que cela peut vous arriver, songez à en négocier la suppression.

Un autre élément est celui des intérêts intercalaires, qui peuvent intervenir dans le cas de travaux sur le bien. Là également, vous pouvez négocier leur suppression. Un dernier levier est enfin celui de l'assurance garantie revente. Elle est facultative et permet de vous rembourser sous conditions, en cas de revente du bien. Une nouvelle fois, il vous faut vous interroger sur l'utilité de cette mesure, en vous projetant dans l'avenir.

Obtenir un emprunt confortable

De son côté, la banque sera plus encline à vous accorder un prêt à votre convenance si elle réduit sa prise de risque. Et pour la rassurer, il est le plus souvent question d'apports conséquents. D'une façon générale, il est recommandé d'apporter au moins 7 à 8 % du montant du bien pour être en position confortable lors de la négociation.

Un élément que les banques regarderont lors de vos échanges avec elles est ce que les experts nomment le « reste à vivre » : c'est ce qu'il vous reste une fois vos dépenses mensuelles effectuées.

Pour négocier, vous pouvez disposer d'une foule d'arguments pour convaincre la banque que vous êtes un emprunteur sérieux :

  • Évitez les dépassements de découverts autorisés : si vous n'avez jamais eu de découvert, cela rassurera la banque ;
  • Ayez un ou plusieurs garants avec vous. Même votre employeur peut vous aider ;
  • Mettez en valeur les évolutions de carrière dont vous avez bénéficié récemment, ou mentionnez celles que vous pourriez avoir dans un futur proche ;
  • Montrer que votre taux d'endettement incluant votre achat immobilier prévisionnel ne dépasse pas 30 % ;
  • N'hésitez pas à faire jouer la transparence : la loi Lagarde a été renforcée en septembre 2010. Celle-ci oblige la banque à vous expliquer par écrit les raisons de son refus.

Trucs et astuces

en CDI, vous aurez plus de facilités à convaincre un banquier que si vous bénéficiez de revenus irréguliers. Si c'est votre cas, signalez à votre banquier la régularité de vos revenus depuis plusieurs années, avec bulletins de salaire à l'appui.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant