Conseil national LR : Sarkozy snobé par ses rivaux

le , mis à jour à 10:37
1
Conseil national LR : Sarkozy snobé par ses rivaux
Conseil national LR : Sarkozy snobé par ses rivaux

En cette veille de Saint-Valentin, on ne célébrait pas exactement la fête de l'amour chez les Républicains. Et Nicolas Sarkozy, qui espérait lors de ce conseil national — le parlement du parti qui doit définir jusqu'à ce soir la ligne LR — asseoir son autorité et donner l'image de l'unité, en restera pour ses frais. A droite, la guerre de la primaire est plus que jamais déclarée !

Certes, après avoir laissé planer le doute, tous les candidats à l'investiture ont finalement répondu à l'invitation de l'ancien chef de l'Etat. Mais en optant pour la formule passage éclair...

« Où est François Fillon ? » lâche ainsi un des 1 200 conseillers nationaux présents hier, en quête d'une dédicace pour son exemplaire de « Faire », le livre du candidat. « Parti il y a cinq minutes », lui rétorque un proche du candidat. L'ancien Premier ministre n'est resté que deux heures porte de Versailles (Paris XVe), après un discours programmatique où il a réitéré son opposition à l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution... l'occasion aussi de se démarquer de Sarkozy.

Des «engagements familiaux» pour Juppé, Le Maire et Copé

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui doit entrer dans la course à la primaire en mars, est, elle, partie en début d'après-midi, après avoir lâché — suivez son regard — qu'« un homme seul n'incarnera[it] ni l'énergie, ni le courage, ni le renouveau, ni la providence »...

Quant à Bruno Le Maire, qui officialisera sa candidature le 23 février, il a tourné les talons en fin de matinée et n'est pas monté à la tribune. Tout comme Alain Juppé, qui peut savourer le dernier sondage BVA, publié hier : 47 % des Français souhaiteraient voir le maire de Bordeaux représenter son parti, contre 11 % seulement pour l'ancien chef de l'Etat.

Aucun d'entre eux ne fera le déplacement aujourd'hui pour écouter son discours de clôture du conseil national du parti. Et tant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9946587 il y a 10 mois

    Perdu dans les sondages mais comme Hollande, il va s'accrocher jusqu'au bout ... la "cantine" doit être bonne pour qu'ils s'y accrochent tous ... et s'ils sont assez c..s pour se présenter tous les 2, nul doute que la voie sera ouverte pour la blondasse ...