Conseil de l'attractivité : beaucoup de bruit pour pas grand-chose ?

le
23
François Hollande parle avec Pierre Gattaz, le patron du Medef, et le patron de Siemens Joe Kaeser (au centre) ainsi qu'avec le patron de l'entreprise de logiciels SAP Jim Hagemann-Snabe.
François Hollande parle avec Pierre Gattaz, le patron du Medef, et le patron de Siemens Joe Kaeser (au centre) ainsi qu'avec le patron de l'entreprise de logiciels SAP Jim Hagemann-Snabe.

Après l'élan donné par son voyage aux États-Unis et son accolade à l'ancien Pigeon Carlos Diaz, François Hollande ne pouvait pas s'arrêter en si bon chemin dans la mise en scène de sa réconciliation avec le monde de l'entreprise. Lundi, le président de la République "social-démocrate" a ressuscité le "conseil stratégique de l'attractivité", une instance créée en 2003 par l'UMP Jean-Pierre Raffarin qui n'avait plus été réunie depuis le début de son quinquennat. Après des sessions de travail à huit clos autour du Premier ministre et de nombreux membres de l'équipe gouvernementale, François Hollande a rejoint en fin de matinée 34 patrons de filiales d'entreprises étrangères implantées en France pour leur vendre les mesures du gouvernement en faveur de l'attractivité et de la compétitivité du site France. Une opération séduction conclue dans la salle des fêtes de l'Élysée où le président français a délivré un discours en forme d'ode aux investisseurs étrangers. Une séquence qui n'était pas sans rappeler la mise en scène de la réconciliation du président avec les Pigeons lors de la clôture des Assisses de l'entrepreneuriat dans le même décor solennel du palais présidentiel. François Hollande y avait annoncé, en avril 2013, une réforme avantageuse du régime d'imposition des plus-values de cession d'entreprise ou de parts d'entreprise. La France encore attractive ? Cette fois, le chef de l'État s'est employé à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • puck le mercredi 19 fév 2014 à 12:13

    Et oui, la baudruche à compris que c'est la finance et le patronnât qui décident et il leur lèche les pieds, son plan est aussi ridicule que sa promesse de baisse des dépenses publiques de 50 milliards .

  • psdi le mercredi 19 fév 2014 à 10:57

    @M3366730 : Je sais pour toi, je suis ta lumière, ne l'oublies pas.

  • 11246605 le mercredi 19 fév 2014 à 10:56

    Moi, président normal est devenu une marionnette (accolade à l'ancien Pigeon Carlos Diaz). Il croit gouverner (avec des mots), mais c'est la finance et les médias qui tirent la ficelle. Et 2 ans de perdu pour ça !

  • pascalcs le mardi 18 fév 2014 à 23:55

    Le point d'interrogation à la fin du titre de cet article est inutile. Poser cette question est déjà y répondre.

  • M3366730 le mardi 18 fév 2014 à 23:29

    Ah, PSDI qui donne toujours des leçons lui l'ancien fonctionnaire bien planqué d'EDF qui a toujours véçu et vie au crochet du contribuable et qui ne connait pas les contingences du privé, encore un gnome sur le site.....

  • psdi le mardi 18 fév 2014 à 19:36

    @445566ZM : "Il faut un homme fort comme M. Thatcher". C'est sur, elle avait des c.uilles. J'ai cru comprendre qu'il n'ay a pas eu grand foule quand elle est partie cependant.

  • 445566ZM le mardi 18 fév 2014 à 18:15

    Business friendly ? Après les images désastreuses des cadres sequestrés (Amiens Nord), de paralysie des ports et de la SNCM. Il faut un homme fort comme M. Thatcher, pour limiter les grèves, elle a fait passer la loi imposant un vote à bulletin secret, sous contrôle d'un huissier. Et les gros bras ne pouvaient plus semer la pagaille.

  • M9244933 le mardi 18 fév 2014 à 17:15

    Ces grands patrons sont globalement bien élevés, ils ne pouvaient pas refuser une invitation du président de la République. Par contre,j'aurais bien aimé entendre leurs commentaires hilares, une fois quitté la grand messe, au sujet de l'efficacité de ses annonces. Mais puisque ils sont bien élevés, aucun n'a proposé un stage dans son entreprise. Aussi parce qu'ils sont globalement pragmatiques et qu'aucun ne voulait transformer sa boîte en b....l comme le PS sous FH et le pays maintenant.

  • M7403983 le mardi 18 fév 2014 à 16:48

    wikus : avec de l'"à boire et à manger" cela risque bien de nourrir le pays avec des aphrodisiaques !!!

  • wikus le mardi 18 fév 2014 à 16:02

    y avait à boire et à manger c'est déjà ça !