Conseil d'administration stratégique pour Finmeccanica

le
0
Le gouvernement Monti veut stabiliser la gouvernance du leader italien de l'aéronautique et de la défense.

Sauf coup de théâtre, Finmeccanica va tourner la page Pier Francesco Guarguaglini, son président depuis 2002. Convoqué ce jeudi, le conseil d'administration du groupe devrait démissionner en bloc. Et se reformer dans la foulée en renouvelant certains de ses membres.

L'État italien détient 30,2% du capital du groupe, qui réalise 73% de son activité (17 milliards d'euros) dans l'aéronautique, la défense et l'espace. Il veut que son actuel président se retire.

Selon des proches du dossier, Pier Francesco Guarguaglini, proche de Silvio Berlusconi, a négocié une relative protection contre les poursuites dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale et corruption. Pour lui laisser le temps de trouver un accord sur les termes de son départ, le conseil, qui devait avoir lieu lundi, a été décalé.

Il semble peu probable que le président ait pu sauver sa femme Marina Rossi, présidente de Selex, filiale à la source des scandales liés à la constitution d'une caisse noir

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant