Congrès du FN : Philippot arrive quatrième, loin derrière Marion Maréchal-Le Pen

le
1
Congrès du FN : Philippot arrive quatrième, loin derrière Marion Maréchal-Le Pen
Congrès du FN : Philippot arrive quatrième, loin derrière Marion Maréchal-Le Pen

A l'occasion du XVe congrès du Front national, qui se tient ce samedi et dimanche à Lyon (Rhône), les militants frontistes renouvellent leur comité central, sorte de parlement du parti, où siègent cent membres élus et vingt autres désignés par la présidente. Les résultats de l'élection seront officiellement annoncés dimanche, mais il est d'ores et déjà certain que Marion Maréchal Le Pen, la nièce de Marine Le Pen, est arrivée en tête, loin devant Florian Philippot, son rival dans le parti, seulement quatrième. Alors que la presse fait état de tensions au sein du parti entre les deux, le vice-président du FN s'est évertué à nier les «prétendues divisions» qui régneraient en interne. En marge du congrès, des incidents ont éclaté à Lyon alors que 2.000 à 3.000 personnes manifestaient contre sa tenue dans la ville.

Marion Maréchal Le Pen en tête des votes internes. Selon plusieurs sources, la jeune députée du Vaucluse a recueilli 80% des votes lors du scrutin pour composer le comité central du FN. Elle a devancé dans l'ordre Louis Aliot (76%), Steeve Briois (70%) et Florian Philippot (68%). Ce dernier, souvent présenté comme le bras droit de Marine le Pen, arrive donc derrière celle qui est donnée comme sa rivale pour ce congrès. «Je trouve que c'est un excellent résultat. Florian Philippot est entré au FN il y a peu, il y a maintenant trois ans, c'est très court dans l'histoire du mouvement», a réagi Marine Le Pen. «Il arrive derrière deux secrétaires généraux, un ancien, Louis Aliot, et celui qui est en poste actuellement, Steeve Briois. D'ailleurs les différentiels dans les premières places sont très minimes, et, par conséquent, je pense que c'est un beau coup de chapeau des adhérents à l'égard de Florian, de la stratégie et de la communication dont il était chargé.»

L'eurodéputé Bruno Gollnisch, concurrent malheureux de Marine Le Pen lors de la succession de Jean-Marie Le Pen en janvier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1300741 le samedi 29 nov 2014 à 15:06

    la relative mise l'écart de phillipot est une bonne chose pour le parti; il ne parait pas net, mais il n'y a pas lieu d'accentuer les divisions à l'heure où les autres se déchirent