Congrès des «Républicains» : «Un jour de renaissance», pour Sarkozy

le , mis à jour à 18:38
2
Congrès des «Républicains» : «Un jour de renaissance», pour Sarkozy
Congrès des «Républicains» : «Un jour de renaissance», pour Sarkozy

Une soixantaine de personnalités s'est relayée à la tribune. Tout ce que l'UMP compte de chapeaux à plumes a pu s'exprimer ce samedi. Il n'en fallait pas moins pour le «congrès fondateur» des «Républicains», qui s'est ouvert dans la matinée porte de la Villette à Paris et qui devait acter la mue de l'UMP. Pour ce «jour de refondation», «de renouveau», «de renaissance», selon les mots de Nicolas Sarkozy. Ce dernier avait revêtu pour l'occasion ses habits de pater familias, tout en rondeur (sauf pour fustiger «les mensonges du pouvoir en place») et rassemblement. Objectif : tourner la page des années noires et être à nouveau en ordre de bataille pour la présidentielle de 2017.

«Notre parti a souffert de défauts d'exemplarité et c'est peu de le dire», reconnaît d'emblée sa numéro 2, Nathalie Kosciusko-Morizet, tout en se félicitant de sa «refondation» et du «chemin parcouru». Nouveau nom, nouveaux statuts, nouvelle équipe ... Jeudi et vendredi, les militants ont approuvé la nouvelle appellation à 83%, lors d'un vote par internet. Un plébiscite entaché par un faible taux de participation (45,74%). Qu'importe, Valérie Pécresse sent «une vraie ferveur aujourd'hui». 

Sur l'estrade, toutes les écuries sont représentées. A tout seigneur, tout honneur, Alain Juppé, principal rival de Nicolas Sarkozy pour la primaire 2016, est le dernier à prendre la parole avant le patron. Lui qui souhaitait, dans les colonnes du «Figaro», que «cette journée (soit) un moment d'unité», est hué par deux fois. En entrant dans la grande salle après une pause sandwich, puis en montant à la tribune. Comme à Bordeaux (Gironde). Comme à la Mutualité.

Juppé arrive et s'offre une pause sandwich #LesRepublicains pic.twitter.com/bYkAfOIxBE— Olivier Beaumont (@olivierbeaumont) May 30, 2015

«Certains d'entre vous me sifflent, ça me fait de la peine. Mais vous êtes ma famille et je resterai dans ma ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3121282 le samedi 30 mai 2015 à 16:42

    pitoyable

  • M467862 le samedi 30 mai 2015 à 14:13

    "ils changent tout" mais ils ne peuvent pas changer le casier judiciaire et toutes les casseroles de l'UMP.Et le président déchu bling bling a toujours le goût des jets privés !