Congrès des maires : ces dossiers qui mettent les élus à cran

le
0
Des maires défilent lors d'une manifestation contre le projet de métropole, le 21 décembre 2012 à Marseille
Des maires défilent lors d'une manifestation contre le projet de métropole, le 21 décembre 2012 à Marseille

Premiers relais de la "grogne" des Français, les maires des 36 769 communes de l'Hexagone pourraient se montrer particulièrement turbulents au 96e congrès organisé à Paris, depuis lundi et sur quatre jours, par l'Association des maires de France (AMF). Eux qui avaient hué François Fillon en 2009 seront-ils plus ou moins sévères avec Jean-Marc Ayrault, qu'ils accueillent ce mardi ? Une chose est sûre, entre réformes polémiques, restriction de crédits et hausse des charges, l'heure est à la morosité pour les élus locaux qui, s'ils restent les préférés des Français, n'échappent plus à la crise de confiance qui frappe le personnel politique (leur cote de popularité a reculé de 8 points entre 2009 et 2012). "Il y aura sans doute quelques manifestations d'humeur", prévient le président de l'AMF, Jacques Pélissard. Son secrétaire général, André Rossinot, se veut rassurant : "On n'a pas acheté un stock de bonnets rouges." Mais la référence indique bien que la colère n'est pas loin de gronder, les motifs de grief ne manquant pas...

Rythmes scolairesCe n'est ni le dossier le plus capital, ni même le plus contrariant aux yeux des maires, mais c'est le plus médiatique et il sera immanquablement au coeur des récriminations formulées à l'encontre du gouvernement. Pilule que beaucoup refusent encore d'avaler, la réforme des rythmes scolaires cristallise un mécontentement plus large, comme l'écotaxe pour la fiscalisation. Préoccupés...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant