Congés payés : été 1936, leur parenthèse enchantée

le , mis à jour à 10:51
4
Congés payés : été 1936, leur parenthèse enchantée
Congés payés : été 1936, leur parenthèse enchantée

Même si elle n'avait alors que 12 ans, Solange Caille, une ancienne salariée de Thomson-CSF, n'a rien oublié de l'été 36, cet été où son père, ouvrier, emmena les siens au Havre (Seine-Maritime). « C'était la première fois que je voyais la mer, tout comme mes parents. Maman m'avait acheté un maillot de bain. Il avait des rayures blanches et bleues. Je ne m'aimais pas avec, je me sentais grosse dedans ! » se souvient avec malice, quatre-vingts ans après, la vieille dame, aujourd'hui en maison de retraite à Arnouville (Val-d'Oise). Le père de Solange était menuisier. Il fabriquait des raquettes de tennis pour des sportifs de haut niveau dans un atelier à Colombes (Hauts-de-Seine). C'est là que Solange a passé son enfance, près du stade.

 

Avec sa sœur, Denise, 85 ans (à g.), Solange (à dr.) est partie en vacances à la mer pour la première fois à l’été 1936.

LP/ARNAUD DUMONTIER

 

« Mon père avait occupé l'usine avec ses camarades de la CGT des jours durant, il se levait la nuit pour aller les relayer. Alors, quand on a annoncé les congés payés pour tous, il a foncé acheter des billets de train. Ce voyage, c'était sa récompense. On est partis à huit. Il y avait ma mère, ma sœur, Denise, mon oncle et son épouse, mes cousins. Mon père ne concevait pas de partir seul ! Il avait réservé trois chambres dans un petit hôtel, une pour les hommes, deux pour les femmes et les enfants. »

 

De cette « parenthèse enchantée », Solange se souvient de l'impressionnante silhouette des grues, du clapotis délicieux des vagues sur ses jambes pâlottes de fillette de la banlieue parisienne, mais aussi des galets traîtres de la plage qui lui martyrisaient les pieds en dépit « des petites chaussures noires en caoutchouc » et des pleurs incessants du petit cousin de 4 ans : « Il avait peur de l'eau ! » Les adultes ne se sont pas baignés : « Se dénuder devant des inconnus, à l'époque, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    Depuis 36 la CGT à acheté ses châteaux pour les amis et délégués

  • frk987 il y a 10 mois

    Il fallait bien préparer mai 40 !!!!! A chaque pays ses objectifs principaux.

  • M8252219 il y a 10 mois

    Ils sont tous les statuts spéciaux qui vivent aux crochet des entreprises et des salariés du privé;

  • M8252219 il y a 10 mois

    pèpère nous ne sommes plus en 36 les profiteurs ont changés de camp.